Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Ascoval ne serait pas concerné par le redressement de British Steel selon le gouvernement

, , , ,

Publié le , mis à jour le 22/05/2019 À 12H43

British Steel a été placé en redressement mercredi 22 mai en Grande-Bretagne. Le sidérurgiste britannique avait été désigné en mai comme le repreneur d'Ascoval à Saint-Saulve (Nord). Le gouvernement français a aussitôt réagi pour rassurer sur l'avenir de l'aciérie française.

Ascoval ne serait pas concerné par le redressement de British Steel selon le gouvernement
Deuxième producteur d'acier en Grande-Bretagne, British Steel est détenu par la société de capital investissement Greybull Capital. /Photo prise le 21 mai 2019/REUTERS/Scott Heppell
© Scott Heppell

Le sidérurgiste British Steel, repreneur désigné de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord), a été placé en redressement en Grande-Bretagne mercredi 22 mai. Cette procédure succèderait l'échec des discussions avec le gouvernement britannique sur un prêt de 30 millions de livres (34 millions d'euros), ont rapporté les médias anglais.

Une réflexion engagée sur l'avenir de British Steel

British Steel va pouvoir poursuivre ses activités pendant qu'une réflexion est engagée sur son avenir. "L'entreprise en liquidation poursuit son activité et fournit ses clients pendant que je réfléchis aux options la concernant. Le personnel a été payé et continuera à être employé", a dit l'administrateur judiciaire.

La Haute Cour d'Angleterre et du Pays de Galles a désigné des représentants du cabinet EY pour gérer l'entreprise parallèlement à la mission menée par l'administrateur judiciaire.

Ascoval pas menacé selon le ministère français de l'Économie

Le ministère français de l'Économie et des Finances a immédiatement réagi pour rassurer sur l'avenir d'Ascoval. "Cette procédure n’inclut pas l’aciérie de British Steel Saint-Saulve qui est détenue par une autre société du groupe", indique le ministère dans un communiqué.

"L’État français maintient son soutien à British Steel Saint-Saulve (ex-Ascoval), dont le plan d’affaires à la reprise ne dépendait pas des activités britanniques du groupe, ni industriellement, ni pour son plan de financement qui n’est pas remis en cause", ajoute le cabinet de Bruno Le Maire.

Contexte difficile pour l'acier en Europe

Deuxième producteur d'acier en Grande-Bretagne, British Steel est détenu par la société de capital investissement Greybull Capital, qui a racheté l'entreprise déficitaire à Tata Steel en 2016 pour une livre symbolique. Le groupe emploie 5 000 personnes, essentiellement à Scunthorpe, dans le nord de l'Angleterre.

Il a été désigné début mai par la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg comme repreneur d'Ascoval, qui était en redressement judiciaire depuis novembre 2017.

Selon les médias anglais, le gouvernement britannique aurait redouté que ses fonds ne partent vers Greybull Capital en cas de faillite effective de British Steel. Dans un contexte difficile pour l'acier en Europe et de doutes sur le Brexit, le gouvernement britannique aurait également exclu une nationalisation de British Steel.

L'entreprise avait elle-même fait part de ses difficultés financières quelques jours plus tôt, tout en confirmant la reprise d'Ascoval. Une attitude qui a soulevé des soupçons sur une éventuelle stratégie de chasse aux subventions de la part de British Steel.

Avec Reuters

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle