Ascometal et ses salariés devraient être bientôt fixés sur leur sort

Le sort du sidérurgiste Ascometal et de ses 1.350 salariés devrait être tranché lundi 29 janvier par la chambre commerciale du tribunal de Strasbourg qui dira qui, de l’Anglo-Indien Liberty House ou du Suisse Schmolz + Bickenbach, reprendra le producteur d’aciers spéciaux, a-t-on appris de source syndicale.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Ascometal et ses salariés devraient être bientôt fixés sur leur sort
Le sort du sidérurgiste Ascometal et de ses 1.350 salariés devrait être tranché lundi 29 janvier par la chambre commerciale du tribunal de Strasbourg. /Photo d'archives/REUTERS/Michael Buholzer

Qui de Liberty House ou Schmolz + Bickenbach va reprendre Ascometal ? Le sort du sidérurgiste de ses 1.350 salariés devrait être tranché lundi 29 janvier par la chambre commerciale du tribunal de Strasbourg qui dira qui, de l’Anglo-Indien Liberty House ou du Suisse Schmolz + Bickenbach, reprendra le producteur d’aciers spéciaux, a-t-on appris de source syndicale. Ces deux candidats sont les seuls a avoir déposé une offre de reprise globale qu’ils ont exposée mercredi lors d’une audience judiciaire.

Tous deux préservent les cinq sites de production (Dunkerque dans le Nord, Le Marais, près de Saint-Etienne dans la Loire, Custines et Hagondange en Lorraine, Fos-sur-Mer dans les Bouches-du-Rhône) ainsi que l’essentiel des emplois.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En revanche, Liberty reprendrait également, avec une aide des pouvoirs publics, l’aciérie d’Ascoval, une co-entreprise entre Ascometal et Vallourec, qui emploie 300 personnes à Saint-Saulve, dans le Nord. Schmolz + Bickenbach s’engage seulement à lui fournir de l’activité pendant deux ans.

Deux logiques différentes pour les repreneurs

"La direction d’Ascometal a soutenu à fond Liberty, de même que les syndicats d’Ascoval", a dit à Reuters Jean Wendenbaum, délégué CFE-CGC d’Ascometal. Le comité central d’entreprise d’Ascometal, qui s’est réuni mardi, a en revanche refusé de trancher entre deux offres qui présentent chacune, selon lui, avantages et inconvénients.

Les logiques industrielles sont également différentes : celle d’une consolidation du marché pour Schmolz, déjà l’un des principaux acteurs mondiaux dans les aciers spéciaux, et celle d’une implantation sur le continent européen et du développement d’un groupe très diversifié pour Liberty.

Pour Reuters, Gilbert Reilhac, édité par Elizabeth Pineau

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS