Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Arterris compte doubler son chiffre d'affaires dans les 10 ans qui viennent

, , , ,

Publié le

Le groupe coopératif agricole Arterris, dont le siège est à Castelnaudary (Aude), s'engage dans une stratégie de croissance, conjuguant diversification, structuration de filières et nouveaux investissements.


Crédits Arterris - De gauche à droite, Jacques Logie, directeur général et Régis Serres, président d'Arterris.

Le groupe coopératif agricole Arterris, dont le siège est à Castelnaudary (Aude), a choisi Toulouse, capitale de la nouvelle grande région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, pour présenter, le 15 janvier, son nouveau plan stratégique de développement, baptisé Vision et Ambition 2025. "Nous faisons résolument le choix de la croissance", a annoncé d'emblée Régis Serres, le président d'Arterris. L'objectif est clairement fixé : passer le cap du 1,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires d'ici 2025, soit pas loin du double de l'activité actuelle. Arterris affiche pour son dernier exercice 2014-2015, clos au 30 juin 2015, un chiffre d'affaires de 748 millions d'euros, déjà en très nette progression par rapport aux 586 millions d'euros réalisés en 2010.

Priorité à la structuration amont et aval des filières

Cette stratégie de croissance devrait concerner l'ensemble de ses métiers. Très polyvalente, la coopérative est impliquée à la fois dans la collecte de grandes cultures (blé dur, blé tendre, tournesol et maïs), dans les approvisionnements pour les grandes cultures, la viti et la viniculture, l’arboriculture, le maraîchage, les semences, la nutrition et les productions animales, la transformation végétale et animale, la distribution agricole et la distribution grand public, via son réseau de magasins Gamm Vert.

Déjà premier collecteur français de blé dur et de tournesol, le groupe entend conforter ses positions dans de nombreux autres secteurs. Au titre de ses priorités : le développement de ses activités en direction des filières vini-viticoles, la structuration de ses filières animales avec le développement de nouvelles activités de transformation des viandes ovine et bovine et le développement significatif de ses activités de distribution grand public. Cela passe à la fois par de nouveaux partenariats et par une politique soutenue d'investissements.

90 millions d'euros d'investissements prévus pour les trois ans à venir

Concernant la viticulture, un secteur qui pèse actuellement à peine 55 millions d'euros de chiffre d'affaires du groupe, "nous comptons développer notre expertise et prendre une nouvelle place au cœur de la chaîne de valeur de cette filière stratégique pour les territoires sur lesquels nous sommes implantés, via des partenariats avec des leaders régionaux", précise Jacques Logie, directeur général d'Arterris. Des négociations seraient déjà engagées avec plusieurs grandes caves coopératives.

Dans le domaine de la distribution grand public, l'objectif est de développer les activités liées à l'alimentaire, avec d'une part le développement de sa nouvelle franchise "Frais d'ici", qui a l'objet fait sur le dernier exercice de l'ouverture de premiers sites pilotes, à Portet-sur-Garonne (Haute-Garonne) et Dijon (Côte-d'Or). D'autres ouvertures sont programmées pour les prochains mois, mais aussi une nouvelle déclinaison du concept avec l'implantation de corners alimentation au sein des magasins Gamm Vert. Par ailleurs, le réseau des 8 boutiques de ses deux filiales, Laroque (produits gastronomiques) et Fermiers Occitans (canards gras et lapins) devrait également être élargi, avec l'ouverture d'une dizaine de boutiques supplémentaires dans les 5 ans à venir.

Côté filières animales, le groupe qui a déjà structuré l'aval de ses filières volailles et canards gras, via ses filiales spécialisées Savidoc à Revel (Haute-Garonne), Fermiers Occitans à Labruguière (Tarn), Larroque à Montauban (Tarn-et-Garonne) et Linea à Serinya, en Espagne. Il entend maintenant muscler l'aval de ses filières ovine et bovine. "La fusion en cours avec la coopérative ariégeoise Synergie s'inscrit déjà dans cette dynamique, précise Jacques Logie. Nous étudions aussi de nouvelles opportunités sur les activités d'abattage et de transformation."

Le groupe coopératif, qui a maintenu ces cinq dernières années, un niveau d'investissement de l'ordre de 18 à 20 millions d'euros par an, devrait consacrer pas moins de 90 millions d'euros aux nouveaux investissements au cours des trois prochaines années. Les deux tiers sont très clairement ciblés sur la croissance externe pour accompagner les développements sur les axes stratégiques de son plan 2025. S'ajoutent des investissements en immobilier et équipements, dont la construction de nouveaux silos sur Le Vernet (Haute-Garonne), ainsi que l'acquisition de trieurs optiques, de nouvelles lignes de traitement des semences et d'un nouveau process de désinsectisation. "Nous prévoyons également la modernisation de notre informatique, avec la mise en œuvre d'un ERP pour l'ensemble du groupe, qui devrait à lui seul mobiliser près de 11 millions d'euros", précise encore Jacques Logie.

Arterris, qui fédère plus de 25 000 agriculteurs sur un territoire qui va globalement du Gers au Var, emploie 1 800 salariés, dont un peu plus de 1 500 sur la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, près de 200 en Provence-Alpes-Côte d'Azur et une centaine en Espagne.

Marina Angel

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle