Arnaud Poupart-Lafarge en passe de réussir le redressement de Nexans

Nexans est revenu dans le vert en 2016 après 3 exercices consécutifs dans le rouge. Surtout, la marge opérationnelle du câblier continue de progresser à grands pas avec la mise en œuvre du plan stratégique du directeur général, Arnaud Poupart-lafarge

Partager

Arnaud Poupart-Lafarge en passe de réussir le redressement de Nexans
Le fabricant de câbles Nexans est revenu dans le vert et poursuit l'amélioration de sa performance opérationnelle.

La deuxième année de Nexans sous la houlette d’Arnaud Poupart-Lafarge se solde par un retour dans le vert après trois exercices consécutifs dans le rouge. Le résultat net du câblier pour 2016 s’élève à 61 millions d’euros. Surtout, à 242 millions contre 195 millions en 2015, "la marge opérationnelle s'est encore améliorée cette année grâce à la bonne exécution des initiatives stratégiques", a déclaré le directeur général dans un communiqué.

Le taux de marge opérationnelle a bondi de 1,3 point sur un an, à 5,5% des ventes, après une progression de 1 point en 2015. Cette amélioration de la performance opérationnelle est au cœur du plan lancé par Arnaud Poupart-Lafarge fin 2014 pour sortir Nexans de l’ornière dans laquelle la crise de 2008 l’avait plongé.

Après la restructuration industrielle lancée par son prédécesseur Frédéric Vincent fin 2013, qui avait taillé dans les usines avec 1000 suppressions d'emplois dans le monde dont près d'un tiers en France, le dirigeant s’était lancé dans une chasse aux coûts.

Les coûts fixes pour cible

La première cible était les coûts fixes, bien au-dessus du niveau de la concurrence, suivie par les coûts variables. Parallèlement, Arnaud-Poupart Lafarge engageait un développement plus agressif dans les marchés juteux comme la haute-tension sous-marine et les faisceaux pour automobile.

L’ensemble de ces initiatives ont apporté 119 millions d’euros à la marge opérationnelle, après 106 millions en 2015. Début 2015, le dirigeant déclarait à L’Usine Nouvelle que son plan visait "un impact positif d’environ 300 millions d'euros sur nos résultats opérationnels à l’horizon 2017". Le groupe est donc dans les rails.

Recentrage du portefeuille d'opérations

Le directeur général a aussi voulu recentrer Nexans sur ses activités les plus profitables. Là aussi, mission quasi-accomplie : "Le programme annoncé de sélectivité du portefeuille opérationnel du Groupe est en grande partie achevé avec un volant cumulé de plus de 300 millions d'euros de capitaux employés ayant fait l'objet d'une cession, d'une fermeture de site ou d'une réorientation stratégique amenant leur profitabilité à un niveau plus conforme à l'attente du Groupe", détaille le communiqué de Nexans.

Renouer avec la croissance

Reste un défi : renouer avec la croissance. Mis au second plan par rapport à l’amélioration de la performance opérationnelle, le chiffre d’affaires a encore reculé de 1,2% en organique en 2016, après une baisse de 1,7% en 2015. Le groupe a été pénalisé en 2016 par le plongeon de ses activités dans l’oil & gaz (-27%). Les autres activités affichent une progression de 0,7%.

Parallèlement à l’achèvement du redressement opérationnel du groupe, Arnaud Poupart-Lafarge compte bien remettre un autre indicateur au vert en 2017 : la croissance des ventes. De quoi pouvoir alors se targuer d’avoir réussi son pari.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS