Arnaud Montebourg : "PSA a fait des efforts de reformatage"

Après deux heures et demi de réunion tripartite à Bercy, Arnaud Montebourg et Philippe Varin mettent en avant des avancées sur l'accompagnement du plan de restructuration. Mais les 8000 suppressions de postes sont confirmées.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Arnaud Montebourg :

Une réunion Etat, direction, syndicats, dans un ministère, cela donne des scènes surréalistes, comme un leader CGT, doté du badge rouge de son mouvement, s'exprimant à un pupitre estampillé République française, sur fond de drapeaux français et européen... Ou un patron de grand groupe, ex-CAC40, patientant debout à l'entrée d'une salle, pendant que des journalistes questionnent un ministre...

Deux heures et demi de discussion au septième étage de l'hôtel des ministres, à Bercy, ont surtout permis à l'Etat d'être témoin des engagements du groupe PSA, de devenir le "garant" de ce qui est promis aux partenaires sociaux. C'est ce que ces derniers souhaitaient, quand ils réclamaient haut et fort la tenue de réunions tripartites.

Mais Philippe Varin, n'a pas bougé d'un pouce sur le nombre de suppressions de postes, qui reste fixé à 8000. "Le plan, dans son ampleur, est proportionné au caractère sérieux de la situation du groupe", a déclaré le président du directoire de PSA, insistant sur le fait que les rapports Sartorius et Secafi étaient parvenus à cette même conclusion.

Les discussions de la réunion ont beaucoup tourné sur les mesures d'accompagnement de ces suppressions de postes. Les parties semblent d'accord sur le fait que "personne ne doit finir à Pôle emploi", une formule syndicale reprise par Arnaud Montebourg, Philippe Varin préférant réitérer son engagement qu'" aucun collaborateur ne sera laissé seul face à son problème d'emploi". Des postes externalisés pourraient être internalisés, des solutions pour les seniors ont été évoquées, les mobilités internes seront discutées, on a même parlé de " partage de l'emploi".

Trouver des "solutions innovantes"

Sur les reclassements externes, Philippe Varin a redit que pour les 1500 salariés d'Aulnay qui ne seraient pas repris en mobilité interne, essentiellement à Poissy, son groupe disposait de solutions pour un millier d'entre eux. Dans la journée, PSA avait annoncé l'installation à Aulnay d'une entreprise de logistique, ID Logistics, qui s'engage à créer 600 postes, tous proposés aux salariés de PSA. Une " réindustrialisation" qui satisfait les syndicats, inquiets, tout de même, du délai entre les départ de PSA et la création de ces postes. La CFE-CGC fait état de "solutions innovantes à trouver pour assurer une continuité des emplois", le ministre du Redressement productif parle de "travail d'innovation" à faire avec les partenaires sociaux.

Saluant "les efforts de reformatage" de PSA, qui a notamment garanti l'avenir du site de Rennes en lui confiant la production d'un véhicule, Arnaud Montebourg renvoie maintenant à la négociation entre partenaires sociaux. "Les positions se rapprochent, les parties cherchent à construire quelque chose", a souligné, optimiste, le ministre. Ce matin, en comité central d'entreprises, direction et syndicats se sont mis d'accord sur un calendrier de négociations des conditions de départ du groupe.

Pour ne plus être accusé de parler, mais ne pas passer à l'acte, Arnaud Montebourg a donné des gages de "concrétisation" de l'engagement du gouvernement : deux réunions tripartites, l'une à Rennes, l'autre à Aulnay, se tiendront les 8 et 9 novembre, en présence des préfets de région, avec l'appui d'agences nationales cherchant à attirer des entreprises sur ces deux sites.

Retour à Bercy début décembre pour une deuxième tripartite.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS