Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Arnaud Montebourg demande à Renault de réinvestir en France

Pauline Ducamp , , ,

Publié le

Le ministre du Redressement productif estime que Renault doit travailler à muscler le socle industriel national avec ses prochains modèles.

Arnaud Montebourg demande à Renault de réinvestir en France © Luc Pérénom - L'Usine Nouvelle

A l’occasion de l’émission Face à la presse ce 25 septembre, le ministre a déclaré que Renault doit réinvestir en France sur les modèles futurs pour remuscler le socle industriel national.

"Renault est une entreprise profitable, désendettée, internationalisée et qui doit maintenant réinvestir en France, a-t-il insisté. Nous sommes satisfaits de voir que la Clio IV est partagée". En effet, la nouvelle version de la voiture de Renault va être fabriquée à Bursa en Turquie et à Flins.

Renault concevait encore 1,1 million de voitures et 227 000 utilitaires légers en 2004 dans l'Hexagone, contre 445 000 automobiles et 201 000 camionnettes l'an dernier.

Mais le ministre a mis en avant le constructeur Renault par rapport à PSA, il a salué par exemple son choix de miser sur le véhicule électrique. Selon lui, il a pris "un risque industriel contre l’avis de tous".

Volkswagen comme modèle

S’il a loué la stratégie de Renault, le ministre du Redressement productif a surtout souligné la réussite de Volkswagen. "Volkswagen AG a su faire des alliances à l’étranger et en même temps, augmenter ses capacités de production sur le territoire national, en Allemagne", a expliqué Arnaud Montebourg pour appuyer son injection à Renault.

Interrogé sur la production de nombreux modèles de Renault à l’étranger et la politique d’internationalisation de PSA, le ministre a rétorqué qu’associer internationalisation et patriotisme ne constituait pas une oxymore. Une fois encore, Arnaud Montebourg s’est appuyé sur le cas Volkswagen, second constructeur mondial qui dispose aujourd’hui de 25 usines en Allemagne, pour rappeler que seuls les groupes présents sur tous les marchés tirent aujourd’hui leur épingle du jeu.

Déploiement électrique

Dans le domaine de l’électrique, il a nommé Philippe Hirtzman comme responsable de la gestion des installations des bornes électriques pour le déploiement des voitures électriques. Le dispositif comprend un rôle pour les régions qui vont devoir mettre en place un chantier pour accélérer la mise en place de ce projet.

Arnaud Montebourg se rendra mercredi 26 septembre en Haute-Normandie, où il annoncera le déploiement de bornes. La semaine suivante, il fera le point dans le Nord sur le même sujet. "Nous croyons dans cette mutation technologique, c’est un avantage compétitif de la France", a martelé le ministre.

Concernant le cas PSA, le ministre a précisé qu’il s’agissait "d’un plan qui est en négociation, en rediscussion, que c’est un plan qui n’est pas entériné à ce stade". Des réunions tripartites sont prévues pour en parler. "Ce plan va réduire la taille de PSA mais le constructeurs risque de se retrouver dans les mêmes difficultés dans quelques années, alors qu’il sera devenu plus petit, s’est inquiété Arnaud Montebourg. Notre travail est de demander le reformatage du plan et de réduire le nombre des destructions d’emploi. Certaines fonctions vitales du constructeur ne doivent pas être atteintes".

Arnaud Montebourg s'est dit favorable à l’élargissement des dispositions du chômage partiel, avec pour objectif d'éviter des destructions d'emplois massives dans l'automobile. "Je préfère utiliser l’argent public pour le chômage partiel que pour défiscaliser les heures supplémentaires", a ironisé Arnaud Montebourg.

Plus globalement, le ministre a annoncé que via les données fournies par le réseau des Commissaires au redressement productif, un tableau de bord des emplois sauvegardés sera publié chaque mois.

Avec l'aide de Barbara Leblanc

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle