Arnaud Montebourg chez Sealock à Sallaumines

Jeudi 21 mars, le ministre du Redressement productif visitera les ateliers du fabricant de colle Sealock en présence d’élèves du lycée Condorcet de Lens.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Arnaud Montebourg chez Sealock à Sallaumines

Jean-Marc Barki a décidé d’ouvrir les portes de sa PME innovante à Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, le temps d’une visite d'élèves du lycée Condorcet de Lens. Première PME française dans le secteur de la chimie et première entreprise européenne dans le secteur des colles industrielles certifiée ISO 26 000, la norme relative à la responsabilité sociale et environnementale (RSE), Sealock affiche un chiffre d’affaires de 4,7 millions d’euros en 2012, dont 16 % réalisés à l’export. L’entreprise, qui emploie 23 salariés, consacre 10 % de son chiffre d’affaires à la R&D.

Un dynamisme que cette société implantée à Sallaumines, dans le Pas-de-Calais, doit en grande partie à l’enthousiasme de son dirigeant. Jean-Marc Barki considère l’implication de son entreprise lors de cette semaine de l’industrie comme "un devoir vis à vis de la société et de ses jeunes. Nous sommes dans un monde hyper individualiste. On se doit d’éclairer les gens autour de nous en leur montrant une image plus humaniste de l’entreprise. En visitant nos ateliers, ils se rendent compte que l’industrie n’est pas un monde barbare mais plutôt sympa".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Jean-Marc Barki attend demain 35 participants, en comptant les membres de la délégation, les élus et les élèves. "Vincent Peillon, le ministre de l’Education nationale, devait également venir mais il est retenu. Il a demandé à Arnaud Montebourg de lui faire un retour des interventions des élèves", assure le dirigeant de Sealock. Avec ses équipes, Jean-Marc Barki aura à cœur de montrer comment la motivation, le savoir-faire technique et la capacité d’innovation permettent à son entreprise d’avancer. "Même si c’est compliqué en ce moment où beaucoup de nos clients souffrent et ont du mal à payer, nous continuons à avoir foi en l’avenir", clame-t-il.

Si en 2012, Sealock a du se désengager de certains marchés non rentables pour améliorer son résultat, l’entreprise renoue depuis avec la croissance et table sur une progression de 12 à 15 % de son chiffre d’affaires en 2013. On comprend qu’Arnaud Montebourg ait voulu se rendre sur place pour connaître la recette d’une telle réussite.

Geneviève Hermann

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS