ARMEMENTLE PARI PRUDENT DE TDA

Partager

ARMEMENT

LE PARI PRUDENT DE TDA



Dans l'armement, les alliances sont nombreuses entre les entreprises européennes. Mais les regroupements d'activités sont beaucoup plus rares, en dépit des discours politiques et de la volonté des entreprises de faire front commun. Thomson-CSF et Daimler-Benz Aerospace viennent d'achever la fusion de leurs activités munitions et composants de missiles, qui représentent un chiffre d'affaires de 1,2milliard de francs et emploient 1100personnes, dont 300 en Allemagne. Le montage imaginé pour fusionner les mortiers, mines antichars et têtes de missiles de Thomson- Brandt Armement et les composants de missiles de Daimler-Benz Aerospace est à l'image du "couple" franco-allemand: uni sur l'essentiel, mais prudent sur les modalités de l'union. La nouvelle société TDA, de droit français, est détenue à stricte égalité par les deux groupes. Une société de droit allemand, TDW, installée à Schrobenhausen, près de Munich, devient filiale de TDA, dont le siège est à Vélizy-Villacoublay.

Complémentarité sur les plans technologiques et industriel

Le professionnalisme des deux patrons de TDA, Jean Monfort, P-DG, et Gerhard Nowicki, vice-président-directeur général adjoint, devrait compenser la faiblesse structurelle d'une fusion à 50-50. Les panoplies respectives des deux groupes qui n'en font plus qu'un sont opportunément complémentaires. Sur les plans technologiques (balistique, détonique, électronique) comme sur le plan industriel. Les études et la production sont conduits sur deux sites principaux. La Ferté-Saint-Aubin est spécialisé dans les munitions sol-sol, les mines enfouissables, les têtes de missiles. Schrobenhausen se concentre sur les pénétrateurs, les sous-munitions. Si les deux usines fabriquent des têtes de missiles, leurs compétences paraissent complémentaires. Expérience technique pointue côté français; savoir-faire industriel pour les allemands. Accédant au premier rang européen de la détonique (munitions intelligentes), TDA est mieux armée pour gérer des commandes devenues rares. Le marché des munitions est passé de 3 à 1milliard de francs en cinq ans.

USINE NOUVELLE N°2487

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS