Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Armateurs et gaziers tentent de pousser le GNL dans le transport maritime

, ,

Publié le

Les fournisseurs de gaz naturel liquifié et ses utilisateurs ont signé un accord de coopération. L’association française du gaz (AFG) et le Bureau de promotion du shortsea shipping (BP2S) veulent promouvoir l’utilisation du GNL. L’intention est louable, les actions à venir restent floues.

Armateurs et gaziers tentent de pousser le GNL dans le transport maritime © Zubro - Wikimedia commons

L’association française du gaz (AFG) et le BP2S (Bureau de promotion du shortsea shipping) ont signé le mardi 23 juin un accord de coopération renforcée pour le développement du gaz naturel liquéfié (GNL) pour les navires. "Cet accord intervient après deux ans de travail et de rapprochements, insiste Jérôme Ferrier, président de l’AFG. Il s’agit de promouvoir le GNL en s’adossant à ceux qui sont les usagers et les donneurs d’ordres. Nous sommes l’amont, vous êtes l’aval".

L’objectif est clairement identifié, le constat dressé. La France est en retard dans l’utilisation du GNL. Les Etats-Unis sont en pointe, la Chine appuie fort dans l’utilisation du GNL pour les transports terrestres, les pays du nord de l’Europe utilisent de plus en plus de navires au GNL.

Dans l’Hexagone, aucun port n’est équipé d’un système de ravitaillement à quai de GNL et le pays ne dispose que de trois terminaux méthaniers. Deux à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et un à Donges (Loire-Atlantique), en attendant l’ouverture de celui de Dunkerque (Nord), qui envisage très sérieusement de mettre en place une borne de ravitaillement, même si la décision n’est pas encore prise de manière formelle.

"Les deux associations ont la volonté commune de promouvoir l’utilisation du GNL carburant - pour les navires et autres unités de transport -, qui répond aux préoccupations environnementales et aux exigences croissantes des politiques européennes des transports", indique le communiqué commun.

Les intentions sont louables, les avantages du GNL connus : il est très peu polluant, il peut se stocker et se transporter facilement. Dans le domaine maritime, il s’agit d’une excellente solution pour répondre aux exigences de la convention Marpol, mise en application le 1er janvier 2015, qui limite le taux d’émission de soufre à 0,1 % en Manche, mer du Nord et Mer Baltique.

Douze réunions plénières

Malheureusement, les responsables de l’AFG et du BP2S peinent à donner des exemples de décisions concrètes. De son côté, Jean-Bernard Erhardt, de la mission de coopération sur l’emploi du GNL au Conseil général de l’environnement et du développement durable, rappelle que le ministre des Transports a prolongé la mission du coordonnateur ministériel pour les actions concernant l’utilisation du GNL comme carburant marin pour deux ans

Sa mission sera de "coordonner les actions des services du ministère avec les opérateurs, stimuler les projets pilotes, renforcer les stratégies du ministère dans les négociations européennes et internationales et accompagner les travaux sur les réglementations, les financements et les sujets environnementaux". Tout cela est bien beau, et Jean-Bernard Erhardt souligne que douze réunions plénières ont déjà eu lieu entre février et juin 2015.

Quand toutes ces belles résolutions entreront dans les faits ? Quand les navires utilisant du GNL pourront-ils se ravitailler en France au lieu de devoir se rendre à Zeebruges ? Quand les armateurs français commanderont-ils à nos chantiers navals des navires au GNL ?

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus