Arkema : une cible idéale pour des prédateurs étrangers

Le groupe de chimie de spécialités s’apprête-t-il à tomber dans une escarcelle étrangère ? Le risque serait grand alors que le groupe est en train de se délester de ses activités les moins rentables…

Partager
Arkema : une cible idéale pour des prédateurs étrangers

Après Rhodia acheté par le belge Solvay l’an dernier, le groupe Arkema pourrait-il bientôt connaître la même destinée ? Les sites internet spécialisés bruissent de rumeurs persistantes. Le dernier acteur de poids de la chimie tricolore, hormis Air Liquide, pourrait bientôt être racheté par un industriel issu d’un pays émergent. Une éventualité qui n’est pas vraiment nouvelle, mais qui pourrait maintenant se concrétiser…

Pourquoi une telle effervescence aujourd’hui ? Arkema est en train de céder son pôle vinylique au groupe Klesch. Une cession annoncée en novembre dernier et effective depuis le mois de juillet. Et qui marque la fin d’une mutation entamée dès la naissance du groupe en 2004, suite à la réorganisation de la branche chimie de Total. Thierry Le Hénaff n’a eu de cesse dès lors de mener son groupe vers la chimie de spécialités, plus proche des consommateurs que la chimie de base. La cession des activités vinyliques parachève sa stratégie.

"Ce pôle vinylique représentait une pilule empoisonnée, estime Hervé Mangin, gérant du fonds Axa Europe Opportunités. Avec ce pôle, personne ne voulait d’Arkema." D’une spin-off peu rentable, Arkema est devenu une pépite qui attise toutes les convoitises. D’autant que sa valorisation boursière reste environ 30% inférieure à son chiffre d’affaires, proche de 6 milliards d’euros. Le groupe est donc rentable… et pas cher !

Une menace jugée "récurrente"

Parmi les noms des prédateurs potentiels : le saoudien Sabic, le chinois Sinochem et l’indien Reliance. Sont également évoqués l’allemand BASF, par ailleurs numéro un mondial du secteur, et l’américain Dupont. « Je ne pense pas que BASF serait autorisé à ce rachat pour des questions de monopole, analyse Hervé Mangin. Quant à Dupont, l’acquisition d’Arkema ne répondrait probablement pas à ses souhaits de diversification » D’autant que sa valorisation boursière reste environ 30% inférieure à son chiffre d’affaires, proche de 6 milliards d’euros, et que son actionnariat est très dilué. Le groupe est donc rentable… et pas cher !

Pour ce qui est des acteurs des pays émergents, la logique industrielle semble implacable. Alors qu’ils ont un accès privilégié aux matières premières, ils cherchent à remonter la chaîne de valeur de leurs produits. Autrement dit, à fournir des produits de plus en plus élaborés. Le rachat d’une pépite telle qu’Arkema leur permettrait d’avantageux transferts de technologies.

Du côté du groupe, on fait très peu de commentaires. Juste que la menace est jugée "récurrente" et que Thierry Le Hénaff tient à ce que son groupe "reste indépendant". Si cette cession avait lieu, nul doute qu’elle serait jugée dommageable pour la chimie française. Mais elle marquerait également le succès de ces deux derniers rejetons, Rhodia et Arkema, tous deux victimes de leur bonne gestion. Paradoxe : alors que la chimie française n’a jamais parue si menacée, Rhodia (via Solvay) et Arkema pourraient dans le même temps rejoindre Air Liquide au CAC 40. Un lot de consolation…

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Data Steward F/H

ORANO - 22/01/2023 - CDI - Châtillon

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

72 - Le Mans

Maîtrise d'oeuvre pour la rénovation des bâtiments A et F au 185 rue Henri Champion

DATE DE REPONSE 28/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS