Arkema doit fournir des garanties à Klesch

Afin d’apporter des garanties financières et sociales au projet de cession, les syndicats et la direction sont en cours de négociation.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Arkema doit fournir des garanties à Klesch

Ils n’ont pas obtenu d’engagement écrit de la part du financier américain Gary Klesch. Mais les syndicats demandent à la direction d’Arkema un accord de principe en vue de la cession des activités vinyliques du groupe. Elles seront cédées le 1er juillet pour un euro symbolique à l’Américain. Ce transfert comprend les actifs et les 1729 salariés français et 825 étrangers.

Arkema alimentera un compte séquestre et une fiducie. "On a un accord sur les coquilles, reste à savoir ce qu'il y aura dedans. Une nouvelle réunion est prévue mardi", a expliqué Jean-Marie Michelucci, coordinateur national CGT.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Puis d’ajouter : "Il faut qu'Arkema mette dans le compte séquestre des sommes suffisamment importantes pour inciter Klesch à faire ses investissements. Mais il ne pourra avoir cet argent que s'il fait les investissements nécessaires. Il ne s'agit pas de lui donner un chèque en blanc".

"Arkema est prêt à financer un cinquième des investissements jusqu'en 2019 et pour le social, si Klesch licencie, Arkema s'engage dans la mesure du possible à reprendre le personnel. Si ce n'est pas possible, la fiducie servira à apporter un complément par rapport à la légilsation actuelle", a détaillé Gérard Staes, délégué syndical central CFDT.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS