Arianespace discute avec les premiers clients de sa nouvelle fusée Ariane 6

PARIS (Reuters) - Les discussions avec les clients potentiels des premiers lancements de la fusée européenne Ariane 6 s'intensifient, à moins de trois ans de son entrée en service prévue pour succéder à Ariane 5 avec des coûts réduits de 40%, a dit lundi 11 septembre le président exécutif d'Arianespace.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Arianespace discute avec les premiers clients de sa nouvelle fusée Ariane 6
Les discussions avec les clients potentiels des premiers lancements de la fusée européenne Ariane 6 s'intensifient, à moins de trois ans de son entrée en service prévue pour succéder à Ariane 5 avec des coûts réduits de 40%.

"Je ne suis pas hâbleur en vous disant que cela discute de façon assez intense avec plusieurs clients différents", a déclaré Stéphane Israël lors d'une conférence de presse au premier jour du World Satellite Business Week à Paris.

Arianespace, détenu à 74% par Ariane Group, coentreprise à parité entre Airbus et Safran, souligne qu'il voit affluer les candidats au tout premier lancement d'Ariane 6 prévu le 16 juillet 2020. "Je ne vais pas le mettre aux enchères mais on ne pourra pas donner le premier lancement à dix opérateurs", a précisé Stéphane Israël, le sourire aux lèvres, ajoutant que le prix que les premiers clients seront prêts à payer ainsi que leur engagement dans la durée seront déterminants.

Retrouvez notre dossier : Top départ pour Ariane 6

Les discussions en cours avec l'Agence spatiale européenne (ESA) permettront en outre de déterminer si ce premier lancement sera sur le marché institutionnel ou commercial.

Ariane 6 sera proposé en deux versions, 62 plutôt destinée au marché institutionnel qui paye en général en euros et 64 prévue pour le marché commercial qui est pour une bonne part facturé en dollars. "Je souhaite vraiment que tout soit fait pour limiter la hausse de l'euro", dit Stéphane Israël, faisant référence à la remontée de la monnaie unique jusqu'à un pic en plus de deux ans et demi à 1,21 dollar vendredi.

Pour Ariane 6, Stéphane Israël s'est montré intéressé par le lancement des sept satellites surpuissants d'orbite terrestre moyenne (MEO) dont l'opérateur luxembourgeois SES a annoncé lundi confier la construction à Boeing. Le système O3b mPOWER de SES, prévu pour être lancé en 2021, permettra de couvrir les quatre cinquièmes de la Terre en internet à très haut débit. Arianespace, déjà lanceur des quatre premiers satellites de la génération actuelle du système O3b de SES, espère obtenir le cinquième et dernier et faire valoir les atouts d'Ariane 6 pour le déploiement de constellations de satellites.

Face à la concurrence de l'américain SpaceX, Arianespace a ajusté depuis la fin 2013 les prix de lancement d'Ariane 5, dont le carnet de commande est rempli jusqu'à fin 2019. Au total, le carnet de commandes d'Arianespace compte 53 lancements, dont 17 pour Ariane 5, 27 pour la fusée russe Soyouz et neuf pour le petit lanceur Vega et sa version améliorée Vega C.

Rien de décidé sur le moteur réutilisable Prométhée

La transition entre Ariane 5 et Ariane 6 ne devrait durer que trois ans (contre sept ans entre Ariane 4 et Ariane 5), jusqu'en 2023, année où la nouvelle fusée devrait atteindre un rythme de croisière de 11 à 12 lancements par an. "On est dans le coeur des discussions avec les clients qui nous demandent : si je prends une Ariane 6, est-ce que j'ai un 'back-up' avec Ariane 5 ?", a expliqué Stéphane Israël.

Il a confirmé ajuster l'objectif de 11 lancements pour cette année pour Arianespace en incluant les fusées Vega et Soyouz (au lieu d'un maximum de 12 prévu), en raison du report à début 2018 d'un lancement d'Ariane 5 lié à l'indisponibilité d'un satellite.

Le report du lancement VA239 à la fin septembre, en raison d'un problème technique, n'aura en revanche pas d'"effet domino" sur le programme de lancement d'Arianespace, a précisé Stéphane Israël.

A plus long terme, Arianespace suivra de près l'évolution de Prométhée, démonstrateur européen de moteur réutilisable à bas coût, fonctionnant à l'oxygène liquide et au méthane, destiné à équiper les lanceurs européens à partir de 2030. "Je ne dis pas que Prométhée montera à bord d'Ariane 6, c'est une décision que nous n'avons pas besoin de prendre pour le moment", a souligné Stéphane Israël, précisant cependant que disposer d'un tel moteur serait un atout.

Prométhée, qui a fait l'objet d'un premier contrat entre l'ESA et Ariane Group lors du salon du Bourget en juin, est destiné à être produit pour un million d'euros, soit dix fois moins qu'un moteur Vulcain 2 équipant Ariane 5 actuellement.

Pour Reuters, Cyril Altmeyer

0 Commentaire

Arianespace discute avec les premiers clients de sa nouvelle fusée Ariane 6

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Nouveau

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Auto et économie circulaire

Auto et économie circulaire

Dans ce nouvel épisode du podcast La Fabrique, Julie Thoin-Bousquié revient sur la prise en compte des enjeux d'économie circulaire dans l'automobile. En toile de fond, l'impératif de...

Écouter cet épisode

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

SAFRAN

VULCAIN

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 06/12/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS