Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Ariane : l’Italien Avio et l’allemand OHB disent non à l’intégration dans Airbus Safran Launchers.

, , , ,

Publié le

Le rêve d’Airbus Safran Launchers d’unifier la filière industrielle d’Ariane  ne deviendra pas réalité . Deux fournisseurs importants du lanceur européen, le motoriste italien Avio et l’allemand OHB, ont annoncé  au Salon du  Bourget qu’ils ne rejoindraient pas la société commune créée par Airbus et Safran dans le domaine des lanceurs. Chacun a ses raisons.

Ariane : l’Italien Avio et l’allemand OHB disent non à l’intégration dans Airbus Safran Launchers. © D.R.

Les entreprises citées

Un Space X européen n’est pas prêt de voir le jour. L'exemple américain, avec un seul acteur qui concentre l’essentiel des actifs industriels, avait pourtant séduit Airbus et Safran, respectivement maître d’œuvre et motoriste principal de la fusée Ariane. Depuis le début de l’année, les deux sociétés françaises regroupent leurs actifs industriels et leurs effectifs, soit à terme 8 000 personnes, dans les activités spatiales. Avec l’objectif affiché d’intégrer de nouveaux partenaires industriels dans Airbus Safran Launchers (ASL), leur co entreprise. Toutefois, ils semblent peiner dans cette mission.

Finmeccanica reprendrait Avio

Sur le salon, le motoriste italien Avio et l’industriel Allemand OHB ont annoncé qu’un rapprochement avec ASL n’était dans leur projet. l'un et l'autre veulent conserver leur indépendance. Chacun à ses raisons. Dans le cadre d’Avio, des raisons de souveraineté sont avancées. L’industriel transalpin est détenu par Cinven (81%), Finmeccanica (14%) et son management (5%). On le dit à vendre depuis plusieurs années mais il semblerait que la consolidation se fasse sur une base italo-italienne.

A l’occasion d’une discussion avec les journalistes, le PDG d’Avio, Pier Giuliano Lasagni a laissé entendre que le groupe italien Finmeccanica (qui occupe le stand voisin !) devrait en prendre le contrôle d’ici la fin de l’année. "Le proccessus de due diligence (l'ensemble des vérifications qu'un acquéreur réalise avant une transaction, ndlr) est déjà engagé", a-t-il précisé. Le patron de l’agence spatiale italienne avait également plaidé pour qu’Avio soit dans des mains italiennes, refroidissant aussi bien les ardeurs de Safran que celles d’Airbus qui s’étaient montrés intéressés.

OHB veut rester indépendant

Avio, avec ses 700 employés, est maître d’œuvre de la fusée Vega capable de lancer des satellites d’environ 1,5 tonne, et dont il assure environ 65% du contenu industriel. Avio fournit également la turbopompe à oxygène liquide du moteur Vulcain 2 et les moteurs à poudre latéraux de l’étage inférieur d’Ariane 5. ASL devra donc se contenter d’être partenaire d’Avio dans sa société commune Europropulsion détenue à parts égales.

La société française en a pris acte."Avec Avio, nous pilotons l’ensemble des activités de la propulsion solide de la filière spatiale européenne. Nous avons un accord détaillé pour poursuivre cette coopération étroite dans le domaine des lanceurs pour Ariane 6 et Vega", a déclaré Jean-Lin Fournereaux, patron des activités spatiales du groupe Safran.

Le fabricant allemand OHB est également attaché à son indépendance. "Nous voulons rester un partenaire fiable et indépendant de la filière Ariane. Nous serons plus efficaces ainsi", a précisé Marco Fuchs PDG d’OHB, auprès de l’Usine Nouvelle. Aujourd’hui, sa société fournit  les infrastructures du réservoir du troisième étage et des étages à poudre d’Ariane 5. Elle est également responsable des grands ensembles métalliques du lanceur européen. OHB revendique environ 10% de la valeur industrielle du lanceur Ariane 5 et autant sur son successeur Ariane 6.

OHB justifie sa volonté de rester à l’écart d’ASL. "Le succès et l’efficacité de Space X ne dépendent pas uniquement de l’organisation industrielle de la filière. Cela vient aussi du design de sa fusée et du fort soutien du gouvernement américain et également de sa capacité à évoluer dans l’environnement très compétitif du marché des lanceurs aux Etats-Unis", justifie Marco Fuchs. 

Hassan Meddah, au Bourget 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle