L'Usine Energie

Areva, une fission française

, , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Fin de partie pour le champion tricolore. Areva conservera la fourniture d’uranium et l’enrichissement du combustible. EDF récupère la construction de réacteurs.

Areva, une fission française
Areva n’aura été qu’une parenthèse de quatorze ans dans l’histoire nucléaire française, entamée il y a soixante-dix ans avec la création du Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Face aux pertes abyssales du groupe, presque 5 milliards d’euros pour un chiffre d’affaires de 8,3 milliards d’euros en 2014, François Hollande a tranché : Areva va se séparer de ses activités de construction et de maintenance de réacteurs. Le tout au profit d’EDF. Ce dernier "a vocation à devenir actionnaire majoritaire de la filiale commune Areva NP, qui rassemble les activités industrielles de construction de réacteurs, d’assemblage de combustible et de services à la base installée", a indiqué l’Élysée, mercredi 3 juin. L’État s’est[…]
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte