Areva, une entreprise modelée par Atomic Anne

Anne Lauvergeon est restée dix ans à la tête d’Areva, une place qui a fait d'elle la seule femme patronne des grandes entreprises françaises. Aujourd’hui, la candidate à un troisième mandat a été évincée au profit du numéro 2 du groupe Luc Oursel. L’Usine Nouvelle revient sur l'empreinte laissée par cette dirigeante sur l’identité d’un fleuron de l'industrie française.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Areva, une entreprise modelée par Atomic Anne

1999-2001. La naissance d’un grand groupe

Areva n’a jamais connu qu’une dirigeante : Anne Lauvergeon. Elle a cumulé deux mandats de cinq ans à la tête du géant de l’atome. Mais avant de devenir ce géant, Areva était avant tout un conglomérat d’entreprises qui ont fusionné pour créer un groupe capable de devenir un fleuron de l’industrie française. Cette fusion est le premier fait d’arme d’Atomic Anne. Arrivée en 1999 à la tête de la Cogema, une entreprise d’exploitation de l’uranium, elle sait, grâce à son réseau, qu’Alcatel souhaitait se départir de ses parts du fabricant de réacteurs nucléaires (44% des actions). Elle fait alors le pari d’un groupe industriel spécialisé dans le nucléaire et présent à toutes les échelles de la production (de la mine au retraitement en passant par la construction des centrales). Pour réussir ce rapprochement, elle surmonte de nombreuses réticences, notamment de son ministre de tutelle Christian Pierret, alors à l’Industrie. Anne Lauvergeon gagne la bataille grâce à ses soutiens politiques et dans le corps des Mines. Cogema avale Fromatome, intègre d’autres sociétés et devient en 2001 une nouvelle entité baptisée "Areva" par celle qui en deviendra la patronne.

2003-2010. Recentrage sur son cœur d’activité

Areva, composée d’entreprises aux ADN différents, a en 2003 encore plusieurs spécialisations comme sa filière dans la connectique. Mais son cœur de métier reste le nucléaire qui croît fortement. Il représente la majorité du chiffre d’affaires du groupe et lui permet de renouer avec les bénéfices pour la première fois après la fusion de 2001. En 2006, Bercy pousse Areva à se concentrer sur ce qu’elle sait faire de mieux afin de préparer à une privatisation à l’horizon 2011. Anne Lauvergeon spécialise complètement Areva dans l’atome et renonce à l’idée de diversification, notamment dans les industries minières autres que l’uranium. Si ce choix fut impulsé par Bercy, Anne Lauvergeon profite de ce recentrage. Elle opère une montée en gamme et devenir incontournable avant la date de privatisation du groupe. Ce choix du haut de gamme lui a été reproché en 2009. Ce positionnement fait échouer Areva à Abou Dhabi alors que les Emirats arabes avaient lancé un appel d’offre pour quatre centrales nucléaires. Le prix des centrales a disqualifié le quatuor français (Areva, GDF Suez, EDF et Total) au profit du consortium coréen KepCo. A cet échec s’ajoutent des retards à répétition sur le chantier du réacteur EPR commandé l’électricien finlandais TVO.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

2011. Une multinationale leader de l’atome

Rebondissement de taille ou une patronne qui a pressenti la tendance ? La montée en gamme d’Areva semble soudain prendre tout son sens après la crise de Fukushima. Chers mais très sûrs, Anne Lauvergeon profite de l'occasion pour défendre son choix. Quatre EPR sont actuellement en construction : deux en Chine, un en Finlande et un en France créant à chaque fois des milliers d’emplois, selon une enquête dirigée par PwC. Cette présence mondiale est en grande partie due aux réseaux développés par cette patronne sacrée par le magazine américain Forbes comme l’une des femmes les plus puissantes de la planète. La société développe aussi des réacteurs de moyenne puissance de 1000 MW, grâce à une collaboration avec Mitsubishi Heavy industrie (MHI). Ils travaillent ensemble par le biais d’une coentreprise : ATMEA. Résultat, en 2010, 95 % des électriciens nucléaires se comptaient parmi les clients d’Areva.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS