Areva révise à la baisse son scénario de marché nucléaire

par Benjamin Mallet

Partager

PARIS (Reuters) - Le français Areva a révisé à la baisse son scénario de croissance du marché nucléaire mondial pour tenir compte des décisions consécutives à la catastrophe de Fukushima.

Dans un document de présentation de ses résultats du premier semestre, Areva a estimé jeudi que le parc nucléaire mondial devrait croître en moyenne de 2% par an d'ici à 2030 pour atteindre à cette date 584 gigawatts (GW), contre 378 GW en 2010.

Selon ses précédentes prévisions, qui dataient de 2009, Areva tablait sur 659 GW de capacités installées à l'horizon 2030.

Depuis le séisme et le tsunami survenus au Japon le 11 mars, qui ont entraîné la catastrophe nucléaire la plus grave depuis Tchernobyl, l'Allemagne et la Suisse ont décidé de sortir progressivement du nucléaire tandis que l'Italie a annulé par référendum son programme de nouvelles centrales.

Dans le cadre de son nouveau scénario, le spécialiste public du nucléaire prévoit 304 GW de nouvelles constructions (contre 358 GW auparavant), avec des fermetures de sites de 258 GW (contre 262 GW) et l'allongement de la durée de vie d'installations représentant 159 GW (contre 190 GW).

"Les principales agences nucléaires n'ont pas à ce jour publié de nouvelles prévisions post-Fukushima (...). Le scénario d'Areva en 2009 se situait dans la moyenne des scénarios proposés par l'industrie", a souligné lors d'une conférence téléphonique Luc Oursel, qui vient de remplacer Anne Lauvergeon à la présidence du directoire d'Areva.

L'INDE EN CARNET FIN 2011-DÉBUT 2012

Le groupe, qui prévoit d'établir un nouveau plan stratégique avant la fin de l'année, estime en outre que l'amélioration de la sûreté pourrait représenter 100 à 200 millions d'euros de coûts supplémentaires par centrale nucléaire selon les besoins.

Il juge que le marché accessible des nouvelles constructions à l'horizon 2030 - hors projets en cours et marchés "inaccessibles" comme la Russie, la Corée et le Japon - s'élèvera à 196 GW sur un total de 304 GW.

Prié de dire si Areva visait toujours un tiers de ce marché accessible des nouvelles centrales, Luc Oursel a répondu : "Compte tenu de notre positionnement (...) en termes de niveau de sûreté, nous sommes confiants dans notre capacité à maintenir une part de marché significative correspondant aux objectifs précédents."

Evoquant les accords signés fin 2010 pour la construction en Inde de deux réacteurs de type EPR et la fourniture du combustible pour 25 ans, le nouveau patron d'Areva a déclaré que le groupe espérait pouvoir l'intégrer dans son carnet de commandes fin 2011 ou début 2012.

Areva a annoncé mercredi un carnet de commandes en baisse au premier semestre et a indiqué que les conséquences de la catastrophe nucléaire japonaise sur ses perspectives restaient "extrêmement difficiles à apprécier".

Le titre Areva, dont le capital est détenu par l'Etat à près de 87%, était stable à 24,75 euros à 12h35. Il enregistre un plongeon de 31,4% depuis le début de l'année.

Avec Marie Maitre, édité par Dominique Rodriguez

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingenieur-e Mécanique

Safran - 23/11/2022 - CDI - Poitiers

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

67 - Seltz

Construction d'un bâtiment d'accueil au camping Salmengrund Seltz

DATE DE REPONSE 09/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS