Areva : nouveaux retards à prévoir pour l'EPR finlandais

Le groupe public nucléaire français et son client finlandais, l'électricien TVO, se rejettent mutuellement la responsabilité des nombreux reports de calendrier pour la mise en service de l'EPR, prévue à l'origine pour 2009.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Areva : nouveaux retards à prévoir pour l'EPR finlandais
L'entrée en service du premier réacteur nucléaire de troisième génération (EPR) au monde, en cours de construction à Olkiluoto en Finlande, pourrait encore être reportée. Construit par le consortium composé par le français Areva et l'allemand Siemens pour le compte de l'électricien finlandais TVO, c'est ce dernier qui l'a lui-même annoncé dans un communiqué vendredi 17 octobre. Il estime désormais le démarrage commercial de l'EPR à 2012. "Evidemment, le constructeur est responsable du calendrier et des éventuels augmentations de coûts", ajoute TVO.

Lenteur administrative finlandaise

Mais le groupe public français, qui ne nie pas les difficultés liées au projet, ne confirme pas ce report. «Le consortium AREVA-SIEMENS a prévu d'actualiser le calendrier du projet d'ici à la fin de l'année, déclare un porte-parole d'Areva, interrogé par Usinenouvelle.com. Cette actualisation dépend largement de TVO, à qui incombe une part de responsabilité sur l'accélération du programme et la validation des documents de sûreté", ajoute le responsable. Plus de 100 000 documents d'ingénieries doivent être validés par l'autorité de sûreté nucléaire finlandaise, STUCK, et TVO. Chaque autorisation nécessite un délai de six mois au lieu des deux prévus contractuellement...

"1 000 sous-traitants"

Bref, l'exigence et la lenteur des procédures administratives finlandaises, auxquelles s'ajouteraient, selon TVO, des difficultés sur le site pour la construction du béton peuvent justifier les retards successifs. Signé en 2003 pour un démarrage des travaux en 2005, le contrat liant Areva à TVO prévoyait une entrée en activité de l'EPR pour 2009. Mais le groupe public français a déjà décalé le calendrier à 2011.

Selon le journal Les Echos, la « lourdeur administrative n'explique pas tout ». Le consortium « est lié à plus de 1 000 sous-traitants », écrit le quotidien, et « Areva semble avoir à redire sur chacun d'eux ». La facture totale pourrait atteindre 4,5 milliards d'euros au lieu des trois milliards d'euros prévus à l'origine, soit un surcoût d'1,5 milliard, chiffre que ne confirme pas le porte-parole d'Areva. En tout cas, pour maintenir leur calendrier, les deux groupes ont mis en place l'an dernier des mesures d'accélération du chantier.

Carmela Riposa

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS