Quotidien des Usines

Areva NC La Hague suspend provisoirement son projet énergétique avec Dalkia

, , ,

Publié le

Areva NC La Hague suspend provisoirement son projet énergétique avec Dalkia

Investissement. La direction de l’usine Areva NC de la Hague dans la Manche a décidé de suspendre provisoirement son projet de confier l’alimentation et la gestion de l’énergie nécessaire au fonctionnement du site à Dalkia.

 

Cette décision fait suite à un courrier adressé à la filiale du français Areva par l’unité territoriale de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) de Cherbourg.
 
Cette dernière confirme avoir écrit à l’entreprise spécialisée avec 3 100 salariés dans le traitement de combustibles nucléaires pour lui demander des précisions sur l’analyse des risques liés à ce projet.
 
Areva souhaite confier à Dalkia de construire pour son compte et d’exploiter à partir de 2014 pour Areva NC, trois chaudières à bois pour une capacité annuelle de 75 mégawatts (MW) et deux petites autres, électriques, de secours. L’enjeu étant de remplacer des chaudières à fioul vieillissantes.
 
« Nous avons effectivement suspendu le déploiement du GIE Areva Dalkia qui devait être lancé le 7 février pour répondre à la Direccte, précise le porte-parole du site. Nous avons les réponses et ce sera fait dans la semaine, même si nous disposons d’un mois pour le faire. Une des inquiétudes de la Direccte concerne la formation des personnels de Dalkia et le transfert des compétences des salariés d’Areva vers ceux qui seront appelés à produire et distribuer l’énergie et à en gérer la maintenance dans l’établissement industriel. En lançant le GIE dès maintenant, nous disposons de trois années, une marge suffisante pour bien organiser cette formation in situ, les salariés de Dalkia concernés venant travailler avec ceux d’Areva » indique-t-il.
 
Des salariés concernés d’Areva qui ne partagent pas l’avis de la direction. Dès l’annonce en mai 2010 de cette opération qui nécessite un investissement de plusieurs dizaines de millions d’euros, certains salariés s’étaient alarmés de la perte de 61 emplois chez Areva NC et des risques encourus à confier leur mission à un sous-traitant.
 
« Ce service gère l’eau et la vapeur distribuées sur le site via 2 500 vannes, 500 transformateurs et 200 kilomètres de canalisation, souligne Eric Vernel, délégué CGT, sur un site à risque comme le nôtre, cela nécessite une parfaite connaissance des lieux et du fonctionnement des installations qui sont complexes. Une expertise que la direction nous demande de partager avec Dalkia en trois ans alors que la Direccte estime qu’il faut entre 4 et 10 ans suivant les postes pour bien former les futurs personnels. Les salariés d’Areva sont donc opposés à ce projet ».
 
 
 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte