Areva inaugure les centrigeuses de son usine Georges Besse II... et cherche du liquide

Partager

Le Premier ministre François Fillon l'a affirmé lundi : la filière nucléaire demeure un "pilier" de la politique énergétique du pays et constitue "une chance historique" en période de crise, face à une hausse de la demande mondiale pour ce type d'énergie. Des propos qu'il a tenu sur le site Areva du Tricastin alors qu'était inaugurée la première cascade de centrifugeuses de l'usine d'enrichissement d'uranium Georges Besse II, dont la première production d'uranium enrichi est attendue dès cette année.

Participations croisées

Au 31/12/2008, Areva détenait 0,3% du capital de Total et 0,6% des droits de vote. Total détenait 1,2% du capital d'Areva et la même proportion de droits de vote. Un compromis issu du pacte d'actionnaires.
Le Premier ministre a salué "la force" de la filière nucléaire, un "atout majeur pour la compétitivité" que "le gouvernement entend bien conforter". Reste qu'il va falloir trouver l'argent frais pour le soutenir. Le groupe nucléaire Areva a cédé sa participation dans le groupe Total afin de financer ses projets industriels, selon une information publiée samedi dans « Le Figaro ». Interrogés, Areva et Total n'ont pas souhaité faire de commentaires.

Le groupe nucléaire a vendu il y a une quinzaine de jours sa participation de 0,4 % dans le capital de Total, participation valorisée à près de 400 millions d'euros, selon le quotidien. La part d'Areva se montait à 0,3 % fin 2008. Areva est actuellement à la recherche d'environ 3 milliards d'euros pour financer ses investissements. En février, le groupe dirigé par Anne Lauvergeon avait annoncé que son programme serait notamment financé par des cessions d'actifs non stratégiques. Areva détient encore 1,2 % du capital de GDF Suez.

A.L.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS