L'Usine Energie

Areva fixe au sol ses jalons en Jordanie

,

Publié le

Avant d’espérer pouvoir vendre un réacteur à la Jordanie, Areva s’y place sur l’approvisionnement en uranium.

Areva annonce avoir signé un accord minier, qui fait suite à l'accord de licence d'exploration exclusive signé entre Areva et la Jordan Atomic Energy Comission (JAEC) en septembre 2008. En jeu, l'extraction d'environ 130.000 tonnes d'uranium des réserves de phosphate du pays. La convention, évaluée par Matignon à 600 millions de dollars, a été signée dans le sillage de la visite du Premier ministre François Fillon à Amman, après une étape en Syrie.

Aux termes de la convention minière, Areva se voit octroyer les droits d'exploitation du gisement pour une durée de 25 ans. Le groupe poursuivra ses activités d'exploration démarrées il y a un an et réalisera, préalablement au lancement de la production, une étude de faisabilité couvrant les aspects environnementaux, économiques et techniques de la future mine. 

PETIT FRERE DE L’EPR POUR LES NOUVEAUX PAYS NUCLEAIRES


Une partie de l'uranium servira aux futures centrales jordaniennes : le royaume projette de construire sa première centrale nucléaire à quelque 25 kilomètres de la ville d'Aqaba autour de 2015. La Jordanie semble pressée aujourd'hui de se doter du nucléaire civil, dont elle souhaite tirer 30% du total de son mix énergétique d'ici 2030.Contrairement à ses voisins riches en pétrole, le pays dépend des importations pour la quasi-totalité de sa consommation énergétique (environ 95%) et recherche une source alternative pour produire l'électricité et l'eau dessalée.

Plutôt que l’imposant EPR, Areva compte bien proposer au royaume l'Atmea, le réacteur de moyenne puissance (1.110 MW) que le groupe conçoit avec son partenaire Mitsubishi Heavy Industries (MHI) (voire bientôt avec GDF Suez). Un produit de premier plan pour séduire les nouveaux pays nucléaires, où les besoins sont énormes mais le réseau électrique insuffisant pour supporter de gros EPR

« Nous allons faire la meilleure offre à la Jordanie, et les discussions vont se poursuivre dans les prochaines semaines » , a dit le Premier ministre français. Une présélection des compétiteurs est prévue au printemps avec une décision finale fin 2010. Précision de taille : le consortium sud-coréen emmené par Korea Electric Power (KEPCO) est bien implanté en Jordanie . Celui-là même qui a emporté le contrat des 2 réacteurs nucléaires à Abu Dhabi.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte