Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Areva doit devenir "médecin du nucléaire", affirme Jean-Marie Chevalier

, , , ,

Publié le

Entretien Jeudi 21 mai, Areva tient sa première assemblée générale depuis l’annonce du plan stratégique qui devrait déboucher sur une scission du groupe. Jean-Marie Chevalier, spécialiste de l’énergie, professeur émérite de sciences économiques à l'Université Paris-Dauphine, juge que le salut d’Areva passera par la spécialisation dans les services. Pour la filière française du nucléaire, il parie sur le développement du réacteur Atmea.

Areva doit devenir médecin du nucléaire, affirme Jean-Marie Chevalier © Areva

L'Usine Nouvelle - Existe-t-il encore un avenir pour Areva ?

Jean-Marie Chevalier - Oui, il y a un avenir mais pas celui qui était prévu à l’origine. Il faut replacer Areva dans une perspective historique. La société a été créée en suivant un principe d’intégration verticale de l’amont à l’aval - des mines aux réacteurs -  à une époque où tout le monde s’attendait à la renaissance du nucléaire. En France, cela s’est traduit par la fusion de Framatome et Cogema et par l’engagement dans le projet de réacteur EPR plus puissant, plus sûr, plus coûteux… Et la catastrophe de Fukushima est arrivée. Outre le traumatisme mondial, cela s’est accompagné de l’arrêt de 50 réacteurs au moment même où Areva subissait des dérives de coûts sur ses chantiers.

Ce modèle intégré est-il caduque aujourd'hui ?

Dans le monde, il y a 450 réacteurs en fonctionnement. Leur vieillissement va demander de plus en plus de services. Après l’accident de Fukushima, l'ancienne présidente d’Areva Anne Lauvergeon disait : "Nous sommes les médecins du nucléaire." C’est une très bonne formulation, car le marché des services et de la maintenance des réacteurs croit. Areva est déjà présent sur la moitié des centrales du monde. Ces services vont augmenter en qualité et en valeur. Areva est bien placé pour en bénéficier pleinement ! Le problème est de bien gérer la transition entre la construction de réacteurs et le moment où l’on devient spécialiste de la maintenance.

Areva doit-il arrêter de construire des réacteurs ?

Non, je ne dis pas ça. Mais nous ne savons pas ce qu’Areva va devenir. EDF a des velléités pour récupérer des morceaux d’Areva, Engie aussi… L’avenir est incertain. Ce que je dis simplement, c’est que l’un des grands atouts d’Areva est ce besoin de maintenance de plus en plus important.

Les nucléaristes étrangers semblent mieux se débrouiller…

La filière française est plombée par les dérives de coûts de l’EPR. L’américain Westinghouse ne connait pas de tels soucis. Du coté des russes, nous avons du mal à savoir réellement quels sont leurs coûts. Mais ces derniers assurent auprès de leurs clients des solutions de financement, ce qui est essentiel. Les Chinois deviennent de vrais constructeurs indépendants. Quant aux Coréens, ils ont conquis le marché des Emirats arabes unis… Oui, globalement, ils se débrouillent mieux que nous. La différence : ils sont tous allés moins vite dans l’innovation. Ils n’ont pas construit les EPR de 1600 MW, ils sont restés plus classiques. Aujourd’hui, la filière française a entre les mains l’Atmea, un réacteur de plus petite puissance que l'EPR, qui sera construit en Turquie. C’est un atout très intéressant !

L’EPR a-t-il été une erreur ?

Il faut se remettre dans le contexte des années 80 après Tchernobyl. Les ingénieurs français souhaitaient développer un modèle plus gros, plus efficace, plus sûr. L’EPR a été pensé dans le cadre d’une alliance avec l’allemand Siemens qui s’est mal passée. La filière française a mis au point l’EPR dans l’illusion que de grandes puissances permettraient de faire des économies d’échelle. Or l’expérience en France a montré que les réacteurs de 1450 MW n’ont pas produit une électricité moins chère que les modèles précédents plus petits.

Le rapprochement d’Areva NP et d’EDF est-il une bonne solution ?

Difficile de répondre à cette question. Je suis réticent à l’idée qu’un exploitant construise des centrales car ce n’est pas le même métier. Il ne faut pas trop concentrer les compétences. Si un électricien conçoit un réacteur, il y est lié, ce qui n’est pas favorable pour le vendre à des électriciens concurrents.

Propos recueillis par Ludovic Dupin

Réagir à cet article

8 commentaires

Nom profil

31/05/2016 - 11h11 -

Voila pourquoi on nous fait croire au réchauffement climatique, pour favoriser l'énergie du nucléaire et sauver AREVA...
Répondre au commentaire
Nom profil

28/05/2016 - 09h32 -

mort de rire ! Le plus grand malade du nuke, exsangue et enferré dans un chantier indémerdable en Finlande, médecin du nucléaire ! La bonne blague ! Les russes et les chinois doivent bien se marrer en lisant un article comme ça ! Le monde entier en fait ! Par contre après la prochaine cata (lointaine si possible) on va encore plus rire ! Et le grand carénage s'annonce pas triste! rien qu'à Paluel: incendie du condenseur, chute du générateur (vous savez le truc qui pouvait pas arriver, foi d'EDF !) incendie d'un transfo et le réacteur en préretraite ! Yesss ! ça serait pas tragique, ça serait drôle ! ho pinaise !
Répondre au commentaire
Nom profil

22/05/2015 - 10h44 -

Encore une inexactitude : AREVA a bien concu un réacteur sous propre licence qui est le N4. Les différences sont notoires avec le PQY et le DPY (i.e. palier 1300MWe).
Répondre au commentaire
Nom profil

22/05/2015 - 07h00 -

L'industrie nucléaire mondiale s'est déjà restructurée et c'est une étape qu'Areva comme EDF ont manquée. Les innovations sont réelles y compris dans les choix fondamentaux de génie civil et d'automatismes, et la chaîne de fournisseurs s'est engagée dans des chemins vertueux. Les ingénieries se comptent en dizaine de milliers de salariés et les laboratoires des grandes universités du monde entier y sont associées. Trop tard donc.
Répondre au commentaire
Nom profil

21/05/2015 - 18h21 -

Citation : "Je suis réticent à l’idée qu’un exploitant construise des centrales car ce n’est pas le même métier."

Certes mais EDF possède son ingénierie des modifications ce qui est quand même un gage pour prendre en charge et gérer de nouvelles conception. D'autant plus que si l'acquisition se fait cela se fera par intégration des savoir-faire existants qui s'allieront avec les savoir-faire EDF.
Répondre au commentaire
Nom profil

21/05/2015 - 17h49 -

Areva c'est le Docteur Frankenstein, et l'EPR son monstre ! Areva décide de créer un EPR, mais est choqué lorsqu'il découvre que sa création est d'une laideur effrayante Est-ce qu'Areva va rejeter sa créature comme l'a fait Frankenstein... l'avenir nous le dira, mais en tout cas EDF aimerai bien se débarrasser de ce monstre d'EPR finlandais avant de racheter Areva NP.
Répondre au commentaire
Nom profil

21/05/2015 - 13h56 -

Plusieurs remarques :
- L'ATMEA est, concrètement, beaucoup plus japonais que français (80/20). Il n'est pas du tout sûr que les Japonais voient d'un bon œil l'entrée d'entreprises chinoises au capital d'AREVA.
- Areva a su, par le passé, construire des réacteurs directement dérivés de la licence Westinghouse, mais n'a pas prouvé sa capacité à concevoir un réacteur par elle-même, comme GE, Westinghouse ou les Russes ont pu le faire.
- L'APR1400 coréen dérive de la licence de l'Américain Combustion Engineering (CE80+).
- L'auteur n'évoque ni Uramin, ni le réacteur Jules Horowitz.
- Le plan de retraites anticipées massives d'Areva pour éviter les licenciements secs va profondément affaiblir la société en termes de know-how.
- l'EPR a toujours été mal-aimé de l'ingénierie d'EDF ("projet purement export", "trop compliqué", "trop AREVA", "occupons-nous du parc existant d'abord"...)
Répondre au commentaire
Nom profil

21/05/2015 - 10h56 -

Analyse pauvre et inexacte. Le marché des services à la base installée est atone et ce pour quelques années : Les exploitants préférant ne pas investir à fonds perdus dans un contexte réglementaire fluctuants lié à l'après Fukushima. Quant à Westinghouse, je doute fortement qu'ils ne connaissent pas les mêmes problèmes qu'AREVA ! Un exemple : Les test des pompes primaires en chine subissent de gros revers ! Et sans pompes primaires, pas de centrale. Il serait temps de laisser la parole dans les médias à de vrais connaisseurs du secteur avant de diffuser des informations approximatives et/ou fausses.
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle