Areva: "deux années difficiles" en perspective

Standard & Poor's Ratings Services annonce avoir dégradé lundi de deux crans sa note de crédit long terme, de "A" à "BBB+, et sa note de crédit court terme, de "A1" à "A2", sur le géant du nucléaire Areva. Interview de Karl Nietvelt, analyste crédit chez S&P.

Partager

Areva:

Pourquoi avoir rétrogradé la note d'Areva ?

L’année passée, lorsque nous avons mis la note de la société sous surveillances, le problème de rentabilité du groupe était déjà identifié. Les provisions liées au chantier de l’EPR finlandais OL3 avaient déjà été alourdies de 550 millions d’euros à 2,3 milliards d’euros mi 2009. La note « A » a néanmoins été maintenue à l’époque, car en même temps, nous nous attendions à une forte amélioration du bilan via la vente de T&D, la cessions d’autres actifs financiers, et la perspective d’une augmentation de capital.

Lundi, nous avons rétrogradé la note du géant du nucléaire de A à BBB+. Une dégradation importante destinée à signaler deux éléments qui laissent entendre que la rentabilité va encore chuter, au moment où la société est dans un cycle d’investissements majeur.

Premier phénomène, l’EPR finlandais va peser plus et plus longtemps : Areva vient d’annoncer une provision supplémentaire de 400 millions d’euros (augmentant la totalité des provisions sur ce projet à 2.7 milliards d’euros). De ce fait, la rentabilité et surtout les cash flows ne se redresseront qu’en 2012 selon nous: en 2010 elle sera très faible, et en 2011 elle le sera probablement encore.

Deuxième phénomène, le conflit avec EDF sur l’usine d’enrichissement George Besse 1 représentait un autre événement non-prévu. Une solution doit encore être arbitrée par l’Etat et bien que nous pensions que l’enjeu financier ne soit pas gigantesque à l’échelle d’Areva (plusieurs centaines de millions d’euros à haque fois, NDLR), l’impact négatif se rajoute à un moment critique où les revenus étaient déjà attendus à un point très bas.

Quelles sont les perspectives pour le groupe ?

On s’attend à des années difficiles pour Areva en 2010 et 2011, en termes de rentabilité et de cash flow négatif, car le groupe est au milieu d’un programme d’investissement massive. Ceci dit, nous pensons que sa trésorerie restera confortable car, en plus des 3,1 milliards d’euros collectés grâce à la vente d’Areva T et D, on s’attend à ce que l’entreprise reçoive au deuxième semestre 2010 entre 4 et 5 milliards d’euros, grâce à la vente d’actifs tels que STMicro ou Eramet, ainsi qu’à une augmentation de capital en discussion.

Quel sera l’impact pour Areva de cette rétrogradation ? Les syndicats craignent qu’un abaissement de la note d’Areva rende plus difficile son accès au crédit, et alourdisse les coûts de garanties de bonne fin qui font partie intégrante du processus de négociation des prix des réacteurs avec les clients. Ont-ils raison de s’inquiéter?

BBB+ reste une bonne note et incorpore déjà un soutien de l’Etat-actionnaire. Plusieurs concurrents d’Areva, tels Toshiba (BBB/Negative) ou Cameco (BBB+/Stable), sont classés dans la même catégorie. Il est possible que les taux d’intérêt appliqués au groupe augmentent légèrement d’un coup. Mais l’impact ne sera pas majeur. Nous considérons que l’entreprise disposera de suffisamment de cash d’ici fin 2010 sous l’hypothèse d’une augmentation de capital et d’autres ventes d’actifs, soit plusieurs milliards d’euros, pour éviter de s’endetter, et pouvoir financer ses investissements ou le rachat de la part de Siemens dans Areva NP. En 2012, le groupe devrait retrouver une bonne croissance. Mais deux années difficiles l’attendent.

ANA LUTZKY

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Classe virtuelle - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS