Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Areva décide de vérifier la conformité des 9000 dossiers de son usine du Creusot

Ludovic Dupin ,

Publié le

Areva étend son audit de l’usine du Creusot à l’ensemble des dossiers qui y ont été produits. Le groupe va donc devoir analyser 9000 documentations, au lieu des 400 prévues à l’origine. 

Areva décide de vérifier la conformité des 9000 dossiers de son usine du Creusot © Flickr - Guilhem Vellut - c.c

Décidément, l’anomalie détectée sur la cuve de l’EPR de Flamanville (Manche) a de lourdes conséquences sur Areva. Le groupe vient de décider d’élargir ses investigations sur ses usines de forge. Ainsi, les 9000 dossiers de fabrications issues de son usine du Creusot (Saône-et-Loire), produits depuis 1943, vont être repris un par un, assure une source proche du dossier. 6000 d’entre eux concernent l’industrie nucléaire et remontent à 1965 pour les plus anciens. Un chantier pharaonique qui va considérablement prolonger l’audit du groupe lancé depuis le printemps dernier.

Fin avril, le spécialiste du nucléaire a lancé une vérification des pratiques de son usine du Creusot. L’attention des experts a porté sur les dossiers, dits "dossiers barrés", qui présentaient des anomalies de méthodologie ou des erreurs de documentation. Sur les 400 dossiers en question, 260 concernent des équipements nucléaires. Au final,  87 anomalies ont été effectivement retenues. Un cas s’est révélé plus préoccupant. Il concerne une malfaçon sur un générateur de vapeur du réacteur numéro 2 de Fessenheim (Haut-Rhin) qui a été mis à l’arrêt par l’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) le temps que des tests soient réalisés.

Une dérive inacceptable

Mais lors de ce premier audit, Areva a également décidé de vérifier un petit échantillon parmi les dossiers "non-barrés". Et sur les quelques de dizaines de cas étudiés, d’autres écarts de méthodes sont apparus. "Je ne sais pas combien d'anomalies seront présentes dans l’ensemble des dossiers. Mais ce ne sera pas zéro", explique encore la source.

Cette dernière refuse cependant d’enfoncer Areva. "Cette étude va purger le passé. Cette histoire semble détruire la filière nucléaire mais elle peut en sortir grandi en matière de transparence", assure-t-elle. Il semblerait que la vaste majorité des anomalies ne concernent pas des malfaçons sur les pièces, mais des dérives méthodologiques sur l’assurance-qualité, "une dérive inacceptable dans le milieu nucléaire", conclut-elle plus sévère.

Des audits ont également été menés sur les usines de Saint-Marcel (Saône-et-Loire) et de Jeumont (Nord), mais n’ont pas révélé de mauvaises pratiques pour l’heure.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

21/11/2016 - 15h10 -

Il ne faut pas s'alarmer outre mesure... Les pièces sont toutes vérifiées avant leur départ de l'usine et ne mettent pas en péril les centrales qui sont aujourd'hui en fonctionnement à ce jour. Il est néanmoins nécessaire de bien contrôler celles-ci en exploitation pour comprendre l'évolution des matériaux sous l'effet du vieillissement. Quant aux soi-disant défauts sur les pièces EPR Flamanville, les critères retenues au 21ème siècle sont autrement plus contraignants que ceux du siècle dernier et des valeurs dites "limites" sont probablement acceptables (ce qui n'empêche pas la vigilance et les contrôles encore une fois ! Le nucléaire ne peut souffrir d'approximation). C'est aux autorités de sureté de nous dire quel est le niveau de risque pris et surtout quel type de risque (parlons-nous d'une limite de l'EPR à 40 ans au lieu de 60 ans ? ou bien de pièces dangereusement dés le premier jour de fonctionnement ?)
Répondre au commentaire
Nom profil

16/11/2016 - 22h24 -

Des anomalies de méthodologie ou des erreurs de documentation. Pas clair du tout. Il s'agit en réalité de falsifications de données. Dans les rapports d'Areva envoyés à l'ASN, les mesures non conformes avaient été préalablement corrigées. EDF n'a rien vu. Des pièces ont été livrées et sont présentes aujourd'hui sur le parc nucléaire alors qu'elles auraient dû être rebutées.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle