Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Areva choisi pour démanteler la cuve du réacteur nucléaire Superphénix

Astrid Gouzik , , , ,

Publié le , mis à jour le 01/12/2015 À 11H43

 Areva a annoncé, mardi 1er décembre, la signature d'un contrat de "plusieurs dizaines de millions d'euros" avec EDF pour démanteler les équipements internes de la cuve du réacteur nucléaire Superphénix, à Creys-Malville (Isère).

Centrale nucléaire de Creys-Malville, Superphénix (crédits Wikimedia commons - Yann Forget) 

A 30 km de la centrale nucléaire du Bugey, le site de Creys-Malville abrite le réacteur Superphénix. Il s'agissait à l'origine d'un prototype de réacteur à neutrons rapides à caloporteur sodium, il faisait suite aux réacteurs nucléaires expérimentaux Phénix et Rapsodie. Ce modèle de 1 200 mégawatts (MW) en bordure du Rhône, a été opérationnel de 1986 à 1996 mais n'a produit de l'électricité que quelques années en raison d'avaries à répétition.  Sa fermeture a été décidée par le gouvernement de Lionel Jospin après la victoire de la gauche plurielle aux élections législatives anticipées de 1997.

Lire aussi Quels réacteurs pour le nucléaire du futur

Drepuis 1999, EDF s'applique à démanteler la centrale... Un lourd chantier prévu pour durer 30 ans. En 2015, devaient être initiés les travaux de démantèlement de la cuve du réacteur. Une opération qui devrait s'achever en 2024 selon le panning établi par EDF. 

Plusieurs dizaines de millions d'euros

Pour accomplir cette tâche, démanteler les équipements internes de la cuve, c'est Areva qui vient d'être choisi. Le contrat porte sur les études préalables, la qualification des procédés, la fabrication des outils et les travaux de démantèlement des équipements, a précisé le spécialiste public du nucléaire dans un communiqué. Le marché comprend également le conditionnement des déchets, notamment fortement radioactifs.

Areva a souligné qu'il s'agissait du premier chantier de démantèlement de tels équipements sur un réacteur de plus de 1 000 mégawatts en France. Il sera réalisé par l'activité Démantèlement et services d'Areva et mobilisera plus de 50 personnes en phase de pic de chantier.

Une fois le démantèlement de la cuve terminé, viendra ensuite l'étape de la démolition des bâtiments qui devrait prendre 4 ans. 

Astrid Gouzik (avec Reuters)

 

Document EDF

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle