Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Areva a perdu sa place de premier producteur d'uranium

Publié le

Au dernier pointage des compagnies minières, le groupe français Areva est désormais en deuxième position, au profit de du canadien Cameco. Du côté des pays, c'est le Kazakhstan qui reste accroché à la place de leader.

Areva a perdu sa place de premier producteur d'uranium © WNA

Les entreprises citées

Ces nouveaux palmarès ont été réalisés par l'organisation non gouvernementale World Nuclear Association (WNA), chargée de promouvoir le nucléaire dans le monde. D'après elle donc, le classement des compagnies minières a été quelque modifié par rapport à l'année dernière.

Le canadien Cameco a repris sa place de numéro un avec une offre en hausse de 7% à 8 578 tonnes, soit pas moins de 16% de la production mondiale d'uranium. Un reflux de 4% de sa production à 8 319 tonnes fait glisser en deuxième place le champion français de l'atome, Areva.

Grâce à une progression de 9% à 8 116 tonnes, le kazakh KazAtomProm se rapproche. Ces trois mineurs assurent ensemble prés de la moitié de l'offre mondiale : 46,6% précisément.

Au classement des mines d'uranium, c'est le joyau de Cameco, Mc Arthur River/Key Lake, au Canada, qui conforte son leadership avec une augmentation de 4% à 7 654 tonnes. Malgré une chute de 28% à 3 216 tonnes, la mine australienne de Ranger, contrôlée par ERA, une filiale de Rio Tinto, se maintient en deuxième place avec une production de 3 216 tonnes. Rossing, en Namibie, un autre site détenu par le géant de la mine se place en troisième position, avec 3 077 tonnes, malgré un recul de 13%.

Bien que les techniques traditionnelles par mine souterraine ou à ciel ouvert demeurent les plus utilisées pour extraire l'uranium, avec 53% de l'offre globale, la WNA indique que la part de la lixiviation acide (ISL, in-situ leach) a grimpé à 41% en 2010 contre 36% en 2009. par contre la production de l'uranium en tant que sous-produit n'était plus en 2010 que de 5% contre 7% l'année précédente.

Au rang des grandes nations productrices d'uranium, le Kazakhstan conforte sa première place. La production mondiale s'est appréciée en 2010 de 6% par rapport à l'année précédente à 53 663 tonnes, son plus haut niveau depuis le début des années 1990. Celle du géant d'Asie Centrale a encore bondi de 27% à 17 803 tonnes, ayant plus que doublé depuis 2008 !

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle