Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Arelis implante son centre de recherche et développement au pied de Meuse TGV

, , , ,

Publié le

Déjà implanté à Marville (Meuse), le groupe Arelis, spécialiste de l’électronique à haute fréquence, annonce l’implantation de son centre de recherche/développement à proximité de la gare TGV Meuse. Ce projet générera une cinquantaine d’emplois dès 2015.

Arelis implante son centre de recherche et développement au pied de Meuse TGV © Antonia Machayekhi

Les entreprises citées

Une heureuse convergence d’intérêt se concrétisera d’ici à fin 2015 sur la commune meusienne des Trois Domaines. Le groupe Arelis, spécialiste de l’électronique à haute fréquence, y annonce l’implantation d’un centre de recherche-développement de 5 000 mètres carrés. "Le conseil général souhaitait valoriser les abords de la gare Meuse TGV. Nous envisagions pour notre part un développement sur notre site de Marville, où nous employons 80 salariés, mais nous avions des difficultés à recruter des personnels de haut niveau dans le nord meusien. Notre implantation au pied de la gare TGV ouvre notre vivier de compétences à Paris, mais aussi à l’Alsace-Lorraine et à l’Europe", souligne Pascal Veillat, PDG d’Arelis.

Création de 200 emplois à venir

Le Conseil général investira entre 10 et 12 millions d’euros dans la construction de deux bâtiments. Le premier, qui comportera laboratoires, salles blanches et lignes de fabrication de petites séries, entrera en service fin 2015 et emploiera une cinquantaine de personnes. Arelis projette par la suite la construction d’un ou de plusieurs autres bâtiments de production et prévoit la création de 200 emplois sur 5 ans.

Issu du rapprochement de Meusonic, basé à Marville, et du normand Sericad en 2011, Arelis emploie, trois ans plus tard, 300 salariés sur cinq sites français. Positionné sur les marchés de l’aéronautique, de la défense et de la gestion de l’énergie, le chiffre d’affaires du groupe a fortement progressé, en passant de 15 millions d’euros en 2011 à 50 millions d’euros en 2013, dont 45 % à l’export.

Pascale Braun

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle