ArcelorMittal renonce à l'usine Ilva en Italie, Rome proteste

ROME (Reuters) - ArcelorMittal a annoncé lundi qu'il résiliait son offre de rachat de l'aciérie italienne Ilva, estimant ne plus bénéficier d'une protection juridique contre d'éventuelles poursuites pénales liées à la pollution du site, qui aurait entraîné des centaines de cancers ces dernières années.
Partager
ArcelorMittal renonce à l'usine Ilva en Italie, Rome proteste
ArcelorMittal a annoncé lundi qu'il résiliait son offre de rachat de l'aciérie italienne Ilva (photo), estimant ne plus bénéficier d'une protection juridique contre d'éventuelles poursuites pénales liées à la pollution du site, qui aurait entraîné des centaines de cancers ces dernières années. /Photo d'archives/REUTERS/Alessandro Bianchi

"Il n'est pas possible d'exploiter cette usine sans cette protection, et il n'est pas possible d'exposer les employés et les sous-traitants à d'éventuelles charges pénales", a expliqué la directrice générale de la branche italienne d'ArcelorMittal, Lucia Morselli, dans une lettre au personnel.

Arcelor va commencer à fermer les hauts fourneaux et rendre les clés du site dans les 30 jours, a-t-elle ajouté.

Ilva, que l'Etat italien a reprise en 2015 et qu'ArcelorMittal s'est engagé à racheter l'an dernier, est basée à Tarente, dans les Pouilles. L'aciérie emploie 8.000 personnes directement, et plusieurs milliers d'autres en sous-traitance, dans une région fortement frappée par le chômage.

Le Mouvement 5 Etoiles, qui dirige le gouvernement italien en partenariat avec le Parti démocrate (centre gauche), était opposé à l'idée d'accorder l'immunité judiciaire totale à Arcelor, estimant que les habitants de Tarente victimes de la pollution avaient le droit de se défendre en justice.

Le ministre de l'Industrie, Stefano Patuanelli, a affirmé que l'Etat empêcherait la fermeture de l'usine.

Selon une source gouvernementale, Rome est convaincue que l'argument de la protection juridique n'est qu'un prétexte employé par Arcelor pour abandonner le projet, car l'usine d'Ilva coûte quelque 2 millions d'euros par jour.

Mais d'après cette même source, les partis de la coalition au pouvoir n'ont pas perdu espoir de convaincre le groupe sidérurgique de revenir sur sa décision, quitte à lui octroyer une forme de garantie légale.

(Crispian Balmer, Giuseppe Fonte; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS