Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

ArcelorMittal : quelles pistes pour sauver Florange ?

, , , ,

Publié le

Le président de la République reçoit lundi 19 mars des représentants de la CFE-CGC de Florange. Point d'étape sur la situation du site.

ArcelorMittal : quelles pistes pour sauver Florange ? © D.R.

Sommaire du dossier

Le dialogue semble au point mort. Nicolas Sarkozy a proposé aux syndicats d'ArcelorMittal de venir discuter lundi de la situation de Florange. Ils ont tous refusé, à l'exception de la CFE-CGC, dont les responsables ont accepté de rencontrer le chef de l'Etat pour 11 heures, ce lundi 19 mars.

Alors qu'ils manifestaient le 15 mars dernier devant le QG de campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, dans le XVème arrondissement de Paris, les représentants de la CGT et de la CFDT ont été évacués sèchement. L'utilisation de gaz lacrimogènes par les forces de l'ordre ne passe pas chez les syndicalistes, qui refusent le dialogue depuis. De son côté, le président reproche à la CGT de jouer un rôle politique. 

Fin février, Nicolas Sarkozy promettait pourtant des "propositions précises" pour assurer l'avenir du site de Florange. "Ce qui a du sens, c'est d'investir", affirmait-il dans un discours qui avait tout pour séduire les syndicalistes locaux.

Ulcos, l'avenir de Florange ?

La solution la plus souvent évoquée pour sauver le site est le projet européen Ulcos (Ultra low carbon dioxide steelmaking). Ce programme vise à mettre au point un système de captage et de stockage du CO2 issu de la production d'acier. Florange pourrait être le site pilote à l'échelle européenne pour cette nouvelle technologie de sidérurgie propre.

Mais la Commission européenne n'a pas encore déterminé le site pilote en question. La décision est attendue pour la deuxième partie de l'année 2012 seulement. L'Etat français, via le FSI, se dit prêt à apporter 150 millions d'euros au projet (sur 600 millions nécessaires). Nicolas Sarkozy affirme qu'il défend lui-même le site de Florange devant la Commission européenne.

Le projet Ulcos orienterait alors le site de Florange vers une technologie d'avenir. Mais le fait que le haut fourneau soit à l'arrêt laisse douter certains spécialistes. Pourquoi vouloir réduire les émissions de CO2 d'un site qui ne fonctionne pas, et donc qui ne pollue pas ?

Les syndicalistes de Florange, s'ils approuvent Ulcos dans son principe, doutent également. "Evidemment c'est un bon projet, à la fois économique, social et environnemental mais si les hauts-fourneaux ne redémarrent pas, Ulcos n'a plus de sens", estime Edouard Martin, de la CFDT.

Les problèmes de Florange sont principalement dûs à une baisse de la demande européenne en acier. C'est pourquoi certains proposent d'imposer des quotas d'acier européen, pour soutenir cette demande. Une solution qui a déjà été mise en place en 1980, dans une situation similaire. Cette solution à l'échelle européenne profiterait au site de Florange, mais peut difficilement être mise en place rapidement.

Une autre piste est avancée par le think tank GrameF : réorienter le site de Florange vers le recyclage d'acier. La ferraille produite en France est actuellement exportée pour être recyclée, le site de Florange pourrait redevenir rentable grâce avec cette nouvelle activité. Mais cette réorientation suppose de lourds travaux, un changement du site en profondeur, et donc des investissements importants.

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

20/03/2012 - 14h46 -

Je confirme que les aciers plats hauts de gamme de Florange ne peuvent provenir que d'une flière "pure" (a partir de minerais avec uniquement des ferrailles selectionnées), pas seulement à cause du Cu, aussi de beaucoup d'autres résiduels. Florange a plein d'atout pour faire cela et d'ailleurs en 2008 les meilleures prix du groupe était à Florange. Depuis les anciens ARBED favorisent leurs anciennes usines et organisent la mise à mort de Florange
Répondre au commentaire
Nom profil

19/03/2012 - 15h44 -

recycler Florange... en recycleur de ferrailles ? pas si simple. La filière liquide de Florange alimente le train à bandes et les lignes "à froid" en acier pour tôles à emboutissage profond et/ou produits ultra-minces (tôles d'aspect carrosserie, aciers pour emballage, etc) dont la métallurgie est incompatible tant avec la présence de "résiduels" tels que le cuivre, présents dans les ferrailles, qu'avec les teneurs en carbone et azote réalisables économiquement en filière électrique. Florange a une cohérence industrielle et commerciale tant qu'elle reste en capacité d'élaborer ces produits techniques et rémunérateurs. Une capacité hors d'atteinte de la filière électrique en l'état actuel de la technologie sidérurgique. Donc des produits entièrement différents à vendre pour des clients nouveaux, une filière liquide électrique neuve, avec les charges d'investissements en résultant, qui ne pourrait même pas garantir un emploi pour les fondeurs de hauts-fourneaux et préparateurs de charges en ne gardant, pour les reconvertir, que les anciens de l'aciérie à l'oxygène..
Répondre au commentaire
Nom profil

19/03/2012 - 15h26 -

recycler Florange... en recycleur de ferrailles ? pas si simple.
La filière liquide de Florange alimente le train à bandes et les lignes "à froid" en acier pour tôles à emboutissage profond et/ou produits ultra-minces (tôles d'aspect carrosserie, aciers pour emballage, etc) dont la métallurgie est incompatible tant avec la présence de "résiduels" tels que le cuivre, présents dans les ferrailles, qu'avec les teneurs en carbone et azote réalisables économiquement en filière électrique.

Florange a une cohérence industrielle tant qu'elle reste en capacité d'élaborer ces produits technuiques et rémuniérateurs. Une capacité hors d'atteinte de la filière électrique en l'état actuel de la technologie sidérurgique.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle