ArcelorMittal pointe du doigt le coût des blocages à Florange

La direction d'ArcelorMittal du site de Florange en Moselle a présenté lundi 14 janvier aux salariés les conséquences industrielles et économiques des différentes actions de blocage menées par les syndicats ces derniers jours, dépeignant une situation "critique", onf fait part des représentants syndicaux à l'AFP.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

ArcelorMittal pointe du doigt le coût des blocages à Florange

Les blocages du site ArcelorMittal de Florange pour protester contre la fermeture des hauts-fourneaux sont-ils trop coûteux ? C'est en tout cas le message qu'a tenté de faire passer lundi 14 janvier la direction du site mosellan, a appris l'AFP de sources syndicales.

Surcoût logistique et des milliers de tonnes d'acier perdues

D'après ces sources, la direction a ainsi fait part d'une situation "critique (...) en termes de service aux clients et d'image et de compétitivité économique", avec une augmentation des coûts fixes, un surcoût logistique d'environ 200 000 euros et 55 000 tonnes d'acier perdues.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Actuellement, le personnel des lignes arrêtées a été ponctuellement affecté à d'autres activités. Mais en cas de poursuite des blocages la direction pourrait "envisager d'autres solutions plus contraignantes prévues par la loi", aurait indiqué la direction.

Par ailleurs et dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate à la suite du passage au niveau rouge renforcé après l'intervention française au Mali, ArcelorMittal a rappelé une ordonnance du TGI de Thionville qui "prévoit l'évacuation de toute personne occupant les installations sans autorisation et portant entrave à la liberté du travail, à la liberté de commerce et au droit de propriété".

Réactions des syndicats

Selon Frédéric Weber du syndicat CFDT, la direction a clairment "menacé" de fermetures temporaires et de chômage technique. "De victimes, on passe à coupables", a déclaré de son côté Jean Mangin (CGT), "en colère" lundi soir après la présentation de la "longue litanie des dommages occasionnés" par près d'une semaine de blocages des outils industriels et de la gare interne d'Ebange, par laquelle transitent notamment des matières premières.

Face aux menaces de la direction, les syndicats se sont dits décidés à poursuivre les blocages sur le site industriel. La CFDT a pour sa part indiqué qu'une nouvelle occupation des voies SNCF qui desservent Florange était prévue.

Julien Bonnet

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS