Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

ArcelorMittal ne redémarre pas Florange dans l'immédiat

, , , ,

Publié le

Se déroulait le 8 mai l’assemblée générale du groupe à Luxembourg. L’occasion pour le PDG Lakshmi Mittal de réaffirmer qu’il n’y aurait pas de fermeture définitive du site français.

ArcelorMittal ne redémarre pas Florange dans l'immédiat © D.R.

"Aujourd'hui nous avons assez de capacités dans le groupe (...) sans utiliser Florange", a assuré le PDG lors de l’assemblée générale.
Le PDG du groupe a assuré que les deux hauts fourneaux de Florange allaient redémarrer. Il  a souligné que son groupe avait investi 17 millions d’euros sur le site lorrain. Il a expliqué aussi vouloir veiller sur la situation de chacun des 500 salariés impactés par le mise à l’arrêt des hauts fourneaux.

Le groupe avait stoppé plusieurs hauts fourneaux européens, dont ceux de Florange, et a décidé de la fermeture définitive de deux à Liège en Belgique. Il a justifié cette situation par une demande en acier jugée insuffisante pour faire tourner toutes les usines.

Plus globalement, le PDG  a réaffirmé devant ses actionnaires que l’Europe restait un marché important pour le groupe. "Nous allons continuer à investir et à maintenir nos actifs existants, à l'exception de ceux que nous jugeons non-stratégiques", a-t-il déclaré. Il a aussi déclaré vouloir accroître son activité minière, car selon lui il n’y a plus d’opportunité dans l’industrie sidérurgique.

"Mépris"

Face à ces déclarations, plusieurs centaines de salariés venus essentiellement de Florange ont manifesté devant le siège du groupe. Ils se sont dits déçus. "Cela n'est pas satisfaisant, c'est la réponse que l'on nous fait depuis des mois alors que nous espérions avoir quelque chose de plus concret, a expliqué à l'AFP Jacques Minet, secrétaire CFDT de l'usine de Florange. Clairement, il n'y a pas de volonté de faire redémarrer".

Le responsable de la CGT, Jean Mangin, a pour sa part dénoncé le "mépris" du patron du groupe, Lakshmi Mittal, qui "n'a pas l'honnêteté de venir nous voir (...) alors qu'il prône le dialogue social".

Une délégation des organisations syndicales a été reçue, pendant l'assemblée générale, par Henri Blaffart, vice-président d'ArcelorMittal pour les aciers plats en Europe, et Willie Smit, le directeur des ressources humaines.

Selon le vice-président, "les installations de Florange qui sont temporairement à l'arrêt redémarreront dès que les conditions de marché le permettront. Nous savons tous que l'Europe connaît aujourd'hui une période de récession et qu'aucun redressement rapide n'est prévu à ce jour".

Une réunion de suivi doit se dérouler chaque trimestre pour réévaluer la situation du site lorrain.

Le groupe a légèrement revu à la baisse sa prévision de croissance de la consommation apparente d'acier dans le monde pour 2012, tablant désormais sur une hausse de 4% à 4,5%, alors qu'il tablait en février sur une hausse de 4,5% à 5%.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle