Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

ArcelorMittal, la nationalisation de Florange et la compétitivité

, , ,

Publié le , mis à jour le 26/11/2012 À 09H42

Le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, se dit prêt à nationaliser Florange pour trouver un repreneur. Une décision anachronique qui risque de ne pas régler les problèmes de compétitivité de notre pays

ArcelorMittal, la nationalisation de Florange et la compétitivité © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Sommaire du dossier

Dans les pays de l’Est, on aime ironiser de cette manière en parlant de notre pays : « La France ? C’est le seul pays communiste qui a réussi ! » Vu d’ici, le trait semble évidemment caricatural et faux mais lorsque l’on entend ce matin le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, brandir la menace de la nationalisation pour sauver l’aciérie de Florange en Moselle, on ne peut s’empêcher de penser qu’il y a un fond de vérité dans cette boutade. Notre pays, ses concitoyens aiment l’État, l’État-providence, l’Etat-salvateur, l’État qui peut tout… Face au mutique groupe ArcelorMittal, dont la stratégie a été décryptée par l’Usine Nouvelle la semaine dernière (LIRE NOTRE ENQUÊTE : ARCELORMITTAL, L’ACIER TROMPE), une bonne partie de nos compatriotes estime –non sans raison- que seul vaut le rapport de force. Pour eux, la « solution » proposée par Arnaud Montebourg est donc valable. Et c’est regrettable.


La posture du ministre est anachronique. Dans une économie mondialisée et en voie de numérisation, une telle décision ne changerait rien au fait que le marché de l’acier se rétracte du fait d’une croissance chinoise plus faible et d’un marché automobile européen en berne. Une telle décision ne sauverait pas forcément le site de Florange dont l’avenir et la rentabilité sont loin d’être assurés du fait de sous-investissements chroniques ces dernières années. Une telle décision contribuerait surtout à dégrader encore un peu plus l’image de notre pays aux yeux des investisseurs étrangers. Ils voient déjà notre pays comme « celui qui taxe à 75 % les plus riches, c’est-à-dire ceux qui réussissent »…


Au-delà, la nationalisation de Florange serait dangereuse pour notre avenir. Car elle nous maintiendrait de manière inconsciente dans un déni de réalité en nous laissant penser que notre pays peut se sauver seul et surtout sans consentir d’efforts supplémentaires. Mais les grands défis qu’affrontent tous nos voisins et notamment celui de la compétitivité, auxquels se sont attelées Espagne et Italie vigoureusement, s’imposent aussi à nous. On a le choix : les ignorer ou les prendre à bras-le-corps pour tenter d’y tracer un chemin français.
 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

26/11/2012 - 13h55 -

A force de laisser les financiers démanteler l'industrie en Europe de l'ouest, nous seront bientôt dramatiquement dépendant des pays émergeants. Tout n'est pas qu'une affaire de rentabilité à cours terme. Il en sera de l'acier pour la construction comme pour l'industrie pharmaceutique où tous les produits actifs de nos médicaments sont produits dans les pays Asiatiques dans des conditions de sécurité pas toujours maîtrisées. Il faut garder un minimum d'industries stratégiques dans nos pays pour assurer notre indépendance, ainsi que nos emplois productifs.
Répondre au commentaire
Nom profil

26/11/2012 - 13h32 -

Cela doit rappeler quelque chose aux dizaines de milliers de sidérurgistes licenciés après les nationnalisations de 1982. Il ne manque plus qu'un autre Chérèque prefet de Lorraine... Les floranges ont du souci à se faire.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle