Quotidien des Usines

ArcelorMittal Gandrange : réunion mouvementée du CE

,

Publié le

Social

Un quart d'heure. C'est la durée de la réunion du comité d'entreprise d'ArcelorMittal Gandrange, au siège du Groupement des entreprises sidérurgiques et métallurgiques (Gesim), à Metz, ce matin. « Le CE a été ouvert, il y a eu une déclaration de la CFDT et de la CFE-CGC pour dire que ce n'était pas la peine de nous raconter ce qu'on savait déjà. On a dit qu'on était contre et le président a clôturé le CE », a dit Patrice Devoti, délégué de la CFDT. La rencontre s'est tenue en l'absence des délégués CGT qui ont voulu entrer dans la salle avec la soixantaine de salariés venus manifester devant le groupement des entreprises sidérurgiques. La tension était vive à la sortie de la réunion et les militants de la CGT et les élus de la CFDT, qualifiés de « collabos » par les premiers, en sont presque venus aux mains. Les cégétistes sont alors retournés à Gandrange afin de rencontrer le directeur, Bernard Lauprêtre, mais celui-ci était absent du site.
Les salariés ont alors forcé la porte de son bureau qu'ils ont saccagé, passant l'ensemble du mobilier et des dossiers par la fenêtre.

Après la confirmation mercredi de la fermeture partielle de Gandrange, le président de la République a indiqué qu'il recevrait les représentants syndicaux lundi pour évoquer l'avenir de l'usine. ArcelorMittal avait fait part de son projet de fermer l'aciérie et le train à billettes en janvier dernier. Le groupe ne gardera plus que le laminoir à couronnes et à barres dans cette usine. L'arrêt de l'activité entraîne la suppression de 575 emplois sur les 1108. Les discussions sur le plan social s'ouvriront le 14 avril et ArcelorMittal a promis qu'il n'y aurait aucun licenciement.

C.S., avec Reuters


A lire aussi dans l'Usine Nouvelle N°3095
du 3 au 9 avril 2008

A lire aussi dans l'Usine Nouvelle N°3089
du 21 au 27 février 2008
« Sidérurgie - Les confettis de l'empire lorrain », p. 10-14

A lire aussi dans l'Usine Nouvelle N°3086
du 31 janvier au 6 février 2008
« Comment limiter la casse sociale», p. 10-20

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte