ArcelorMittal ferme ses hauts-fourneaux de Florange

La direction d'ArcelorMittal l'a annoncé ce lundi matin en comité central d'entreprise. Les hauts-fourneaux de Florange (Moselle) seront fermés de manière définitive.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

ArcelorMittal ferme ses hauts-fourneaux de Florange

La décision n'a finalement rien d'inattendu. "Ce n’est pas surprenant", reconnaît Jacques Bidart, représentant syndical CGT. Comme le craignaient les syndicats, la direction du groupe a confirmé dès 13 heures "son intention de fermer de manière définitive la phase liquide de Florange". La cession de ces activités concerne selon le groupe 629 salariés.

"En raison de la conjoncture économique difficile qui continue d’impacter les économies française et européenne, la société souhaite proposer un projet de fermeture définitive de la phase liquide de Florange et de concentrer ses efforts et ses investissements sur les activités aval du site qui emploient plus de 2000 personnes », explique le groupe dans un communiqué. Le groupe met aussi en avant une consommation atone d’acier en Europe : "aujourd'hui, la demande européenne se situe environ 25 % en-deçà de ses niveaux de 2007".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La balle est donc maintenant dans le camp des politiques… La direction d'ArcelorMittal a, en effet, donné 60 jours au gouvernement pour trouver un repreneur pour la filière liquide, selon des sources syndicales. Malgré tout, nombre d’entre eux mettent en avant la difficulté de trouver un repreneur pour ces activités du site. La scission entre une partie de la phase chaude avec la phase froide aurait selon eux peu de sens d’un point de vue industriel. Le gouvernement va devoir trouver très vite un repreneur prêt à réussir l’impossible…

Cokerie

Alors que les hauts-fourneaux étaient jusque-là les seules installations citées dans cette cession, le groupe a évoqué la possibilité de céder également la cokerie. "Bien que la cokerie ne soit en aucun cas concernée par un projet d’arrêt, ArcelorMittal a également donné son accord pour l’inclure dans la cession." Cette cokerie, qui sert à préparer le coke entrant avec le minerai de fer dans la composition de l’acier, fournit l’usine de Florange mais aussi celle de Dunkerque (Nord).

Le groupe se sachant attendu sur le volet social, il a tenu à faire part de son engagement dans un "processus de dialogue social exemplaire". ArcelorMittal fait part de sa volonté de recourir à des "programmes de mobilité et d’accompagnement individuel en tenant compte de la pyramide des âges sur ses sites français". Ce qui pourrait signifier des départs à la retraite anticipés pour Florange, Dunkerque et Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). De quoi, peut-être, permettre un rajeunissement dans ces sites.

En parallèle à cette cession, le groupe fait savoir son intention de "poursuivre les investissements nécessaires" dans les activités aval du site, celles de transformation de l’acier. Les décisions officialisées ce matin s’inscrivent dans la droite lignée de la stratégie du sidérurgiste : privilégier les sites les plus rentables, comme Dunkerque et Fos-sur-Mer, et les activités les plus rentables (les mines et dans le cas de Florange la transformation de l’acier).

"Nous voulons que la Lorraine soit un centre d'excellence des aciers plats carbone en Europe pour l'industrie automobile et à haute valeur ajoutée", a déclaré Henri Blaffart, vice-président d'ArcelorMittal Europe. Le site de Florange fournit en produits plats des secteurs tels que l’automobile, la construction et l’emballage.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS