ArcelorMittal : deux gros investissements en Amérique

Le géant de l'acier rachète une cokerie aux Etats-Unis et construit une aciérie au Mexique. Montant total des deux opérations : 760 millions de dollars. Dans le même temps, ArcelorMittal essuie un revers à Pékin qui lui refuse le contrôle de China Orienta

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

ArcelorMittal : deux gros investissements en Amérique
Le numéro un mondial de l'acier poursuit sa conquête des marchés américains. ArcelorMittal a annoncé deux importants investissements lundi 4 août : le premier concerne la construction d'une aciérie au Mexique pour un montant de 600 millions de dollars (385 millions d'euros). Le site, dont l'emplacement final est actuellement en cours d'étude, fabriquera des produits sidérurgiques principalement destinés aux secteurs de la construction et l'automobile sur le marché domestique.

Le deuxième porte sur l'achat, pour 160 millions de dollars, de l'intégralité de la cokerie de la société Koppers, basée à Monessen, en Pennsylvanie. Le site a produit pas moins de 320 000 tonnes de coke métallurgique en 2007, précise ArcelorMittal dans un communiqué. Avec cette nouvelle acquisition, le géant mondial vise « l'autosuffisance » dans la production de ce matériau à un moment « où la demande mondiale reste forte ». L'opération devra être soumise aux autorités de régulation.



Pékin suspend l'offre sur China Oriental

L'offre lancée par ArcelorMittal pour racheter le numéro un chinois n'a pas reçu le feu vert des autorités antitrust chinoises. La transaction a été suspendue lundi 4 août. Le géant de l'acier qui détient déjà 29,6% China Oriental Group avait signé un pacté en décembre pour monter à 73,13% du capital. Le montant de l'opération était évalué à un milliard de dollars.

"Nous devrons sans doute accepter moins que ce que nous voulions (...). Si cela arrive, je serais très déçu mais une participation aux alentours de 30% nous serait toujours très utile", a réagi le PDG Lakshmi Mittal, dans le quotidien Financial Times. Selon les analystes, les autorités chinoises veulent consolider le secteur considéré comme stratégique. Avec des centaines de sidérurgistes dans le pays, Pékin rêve de faire émerger un géant crédible sur la scène internationale.

Carmela Riposa

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS