L'Usine Matières premières

ArcelorMittal assoit son leadership

,

Publié le

Le leader mondial de l'acier poursuit sa diversification, en particulier en Inde. Il accélère aussi son autosuffisance dans les intrants.

ArcelorMittal assoit son leadership

Loin des aléas des restructurations en Moselle, le géant mondial de l'acier organisait aujourd'hui à New York sa première journée « investisseurs » de 2008. Le patron du groupe, Laksmi Mittal, a profité de l'occasion pour réaffirmer ses ambitions et sa confiance dans un marché de l'acier en pleine expansion.

Tablant sur le retard de la consommation d'acier par habitant dans les pays en développement (en particulier en Inde) et en Chine, il prévoit une hausse de la demande de produits sidérurgiques comprises entre 3 et 5 % lors de la prochaine décennie, en retrait cependant par rapport aux 7 % des années 2000. Après 30 ans de surcapacité, l'irruption de la demande chinoise a projeté le taux d'utilisation globale de la sidérurgie au-dessus des 95%, souligne le directeur financier du groupe, Aditya Mittal. Si l'augmentation des capacités de production va ralentir en Chine, le relais sera pris par les autres pays émergents, Inde en tête.

La route des Indes

Pour profiter de la conjoncture le sidérurgiste va consacrer d'ici à 2012 45% de ses investissements brown field (7 milliards de dollars pour une production additionnelle de 20 millions de tonnes) aux marchés en développement. Mais ce sont ces derniers, en particulier l'Inde, qui recevront les investissements destinés à augmenter de 25 Mt les capacités de production du groupe.

En Inde, a précisé Aditya Mittal, la construction de deux complexes géants devrait démarrer en 2009 grâce à 24 milliards de dollars d'investissement. Bénéficiant d'un accès à 600 Mt de minerai de fer, chaque aciérie, dans le Jharkhand et l'Orissa, disposera d'une capacité de 12 Mt réalisée en deux phases. En Afrique (Mozambique, Nigeria, Afrique du Sud), au Moyen-Orient (Arabie Saoudite), en Turquie et dans la CEI (Ukraine, Russie) 2 milliards de dollars seront consacrés à la construction de laminoirs d'une capacité globale de 6,6 Mt. Pour alimenter les marchés du Moyen-Orient enfin, une aciérie utilisant la technologie DRI d'une capacité de 1,6 Mt alimentant un train à billettes de 1,4 Mt, devrait être construite en Egypte en 2009.

Si, lors de la présentation le groupe n'a pas abordé la question de ses investissements en Chine, le directeur d'ArcelorMittal China, Dirk Matthys, expliquait lors d'un forum que « notre stratégie en Chine n'est pas basée sur la recherche de nouvelles acquisitions, mais sur le développement de la coopération avec nos partenaires actuels ». L'acquisition de China Oriental n'est pas achevée, précisait Matthys.

En 2007 ArcelorMittal a réalisé pour 12,3 milliards de dollars d'acquisitions. Une politique de croissance externe facilitée par un cash-flow de 16,5 milliards généré par un impressionnant Ebitda de 19,4 milliards de dollars. La mise en place des synergies entre Arcelor et Mittal Steel plus rapide que prévue (déjà 1,6 milliard de dollars fin mars) devrait dégager 500 millions de dollars en 2008. Son avantage en termes de coûts de production (440 dollars par tonne de laminé à chaud au 2e semestre 2007) s'est encore accru, note Laksmi Mittal, suite à la rapide détérioration de la position des sidérurgistes chinois. Numéro un oblige, le sidérurgiste retourne désormais, comme il s'y est engagé, 30% de son bénéfice net à ses actionnaires. En 2007 le groupe a versé 2,1 milliards de dividendes et a racheté pour 1 milliard d'actions.

Objectif : l'autosuffisance dans les intrants !

Le sidérurgiste se développe ainsi sur les marchés à haute valeur ajoutée, notamment en Chine et dans les pays émergents. Ces investissement lui ont également permis de se développer en aval afin d'accroître sa part du marché de la distribution et du stockage d'acier.

Il compte augmenter d'ici à 2012 de 6 Mt son volume distribué. Mais c'est en amont, dans les minerais et le charbon qu'ArcelorMittal, désireux d'augmenter son autosuffisance face à l'envol des prix - 65 à 85% de hausse pour le minerai de fer en attendant un doublement du prix du charbon à coke - a porté son effort. Un important programme d'investissements en Ukraine, au Liberia, au Sénégal et en Mauritanie devrait lui permettre d'atteindre un taux d'autosuffisance de 75 à 85% d'ici 2014/2015, estime Laksmi Mittal, rappelant qu'en 2007 ses mines ne couvrait que 46% de ses besoins en minerai de fer et que l'objectif pour 2012 est 65%.

Dès 2012, 6 milliards de dollars d'investissement porteront sa production de minerai de fer à 110 Mt. Le groupe a également acquis deux gisements de charbon vapeur en Inde - 84 Mt en Orissa et 83 Mt dans le Jharkhand - trois mines de charbon à coke en Russie, ainsi qu'une participation dans une entreprise d'exploration charbonnière au Mozambique. Il a également investi dans le molybdène aux Etats-Unis, dans les ferroalliages en Slovaquie et le manganèse et ferromanganèse en Afrique du Sud.


Daniel Krajka

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte