Arc International prolonge son PSE jusqu’à fin 2012

Le spécialiste des arts de la table, Arc International a décidé fin décembre de repousser le plan social mis en œuvre depuis quelques mois jusqu’à la fin de l’année 2012. Pour se faire, un accord de méthode a été signé avec les syndicats, excepté la CGT et FO.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Arc International prolonge son PSE jusqu’à fin 2012

Le plan social chez Arc International, le spécialiste des Arts de la table, qui devait s'achever en avril est prolongé jusqu'au 31 décembre « maximum », selon Philippe Maes, délégué CGT, sur le site d’Arques, (Pas-de-Calais).

« Si les 230 salariés, en production, qui sont concernés trouvent une solution avant la fin de l’année, alors le plan s’arrêtera avant », explique le syndicaliste qui revendique son désaccord avec cet accord de méthode, signé en décembre. Selon lui, ce plan, qui propose départ volontaire « avec une indemnité allant de 24 000 à 50000 euros », ou reclassements dans le cadre du plan de revitalisation du bassin d’emplois de la région d’Arques, comporte plusieurs problèmes : « les métiers du reclassement ne correspondent pas aux qualifications des salariés, et d’autre part, ne permettent pas à la jeunesse de pointer ailleurs qu’à Pôle Emploi ».

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

De son côté, Dominique Bouquet, directeur des ressources humaines Europe pour Arc International affirme que « ce qu’il faut bien comprendre c’est que, sans le reclassement interne et externe, la seule alternative, c’est le licenciement. Nous préférons appliquer une technique différente, même si cela est plus long ».

Selon Dominique Bouquet, le but n’est pas de recruter en externe sur des postes libéré volontairement, mais bien de placer sur des postes laissés vacants, des salariés en sureffectif. « Jusqu’à présent : sur la base du volontariat, nous avons réussi à former et reclasser près de 1 500 salariés », indique-t-il, rajoutant que « notre restructuration est longue et exigeante, mais notre site est la preuve que l’on peut défendre ses produits en Europe, et rester compétitif. Nous en faisons la preuve socialement ».

Il y a quelques temps, deux entreprises ont annoncé, leur installation sur la zone de Blaringhem, et plus particulièrement, selon le délégué CGT, dans des locaux d’Arc International : Entyrecycle (recyclage de pneus) et LE Manufacturing (fabrication de produits de consommation courante en plastique). « Ces deux entreprises devraient recruter, mais, il faut savoir que LE Manufacture devait déjà s’installer il y a deux ans » déplore Philippe Maes.

Début janvier, un débrayage des salariés de la moulerie d’Arc International, située à Blaringhem (Nord) a eu lieu. « On propose aux 16 salariés concernés par cette problématique du sureffectif des postes de cariste ou de conditionnement », ce qui ne correspond pas à leurs métiers » regrette le syndicaliste, qui souligne également « une augmentation des cadences, qui conduit au recrutement d’intérimaires, emplois précaires ». A ce sujet, la direction se défend. « Il s’agit d’une mutation provisoire d’ici la fin du plan. En fonction des postes vacants suite aux départs volontaires, ces salariés seront prioritaires pour les propositions de reclassements correspondants plus à leurs qualifications. Et puis, quand un salarié reprend un emploi, nous compensons la différence de salaire durant 24 mois, avec un plafond de 400 euros ».

Parmi les autres syndicats à l’œuvre chez Arc International, Force Ouvrière a refusé de signer l’accord de méthode portant sur le plan social. L’UNSA (syndicat autonome), la CFDT et CFE-CGC ont, eux, signé.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS