AQUITAINELa filière bois se renforceL'arrivée du pôle " construction " du CTBA et la création de l'Espace bois d'Aquitaine dans la région, en complément du Laboratoire de rhéologie des bois de Bordeaux, devraient développer l'innovation industrielle autour du pin maritime.

Partager

AQUITAINE

La filière bois se renforce

L'arrivée du pôle " construction " du CTBA et la création de l'Espace bois d'Aquitaine dans la région, en complément du Laboratoire de rhéologie des bois de Bordeaux, devraient développer l'innovation industrielle autour du pin maritime.



L'été prochain, le Centre technique du bois et de l'ameublement (CTBA) aura délocalisé en Aquitaine son pôle " construction ". Cet investissement, de 100 millions de francs, avait été annoncé en 1992 par le gouvernement d'Edith Cresson, entraînant l'installation à Bordeaux de 75 ingénieurs et techniciens supérieurs, dont une quarantaine en provenance du siège parisien. " L'Aquitaine est une énorme réserve de bois. Nous allons mettre à la disposition de l'industrie locale nos activités d'études, de conseils, de certification, et nos moyens d'essais, annonce Georges-Henri Florentin, le futur directeur de ce pôle. Dans le même temps, nous développerons des actions vers le B-TP, car la construction n'est pas assez ambitieuse vis-à-vis du bois. " Le nouveau bâtiment abritera, sur 9 000 mètres carrés, les laboratoires de chimie, de caractérisation des bois, de mécanique, de physique de ce centre technique. L'occasion pour le CTBA d'investir dans du matériel plus sophistiqué.

Défendre la matière première pour conquérir les marchés

Une fois opérationnel, le CTBA entend nouer des partenariats avec des laboratoires de recherche publics et privés. Déjà, il a décidé de travailler avec le fabricant de palettes Beynel Manustock et le Laboratoire de rhéologie des bois de Bordeaux sur un nouveau dispositif de classement des bois verts, pour lequel un protopype industriel pourrait être élaboré d'ici à trois ans. Avec l'Institut du pin, le directeur du pôle espère également passer un contrat autour de l'" alimentarité ", en analysant l'influence sur le goût des aliments d'un contact avec des pièces de bois. " C'est une mesure de prévention. Il faut montrer que le bois est un bon partenaire de l'aliment ", indique-t-il. Ne reste plus qu'à trouver l'industriel pour boucler ce projet De son côté, Pierre Morlier, directeur du Laboratoire de rhéologie des bois, milite pour le pin maritime : " Il faut être innovant sur les produits et défendre la matière première pour conquérir des marchés. " Chaque année, il signe lui aussi une dizaine de contrats avec des industriels. Avec MDF Aquitaine (140 millions de francs de chiffre d'affaires, 70 salariés), par exemple, son laboratoire travaille, depuis 1994, sur les techniques de formage et étudie le comportement dans le temps du produit formé. " Fabricant de panneaux de fibres à plat, nous voulions aller plus loin en leur donnant des formes. Une idée qui intéresse beaucoup les fabricants de meubles de salles de bain et de cuisines ", explique François Poncet, responsable de la recherche chez MDF Aquitaine. Résultat, au Salon du meuble, en janvier, l'industriel, qui a investi 700 000 francs dans ce projet, présentera des éléments usinés à plat, avec revêtement, prêts à être cintrés sur une forme. Les industriels du bois seront donc bientôt largement soutenus dans leurs initiatives. Reste toutefois à savoir comment le CTBA et le Laboratoire de rhéologie des bois se partageront le terrain Le conseil régional d'Aquitaine tente d'apporter une première réponse, en proposant de fédérer - de façon informelle - les structures de recherche et de technologie, histoire d'harmoniser les actions

Sensibiliser les industriels à la création et au design

D'autre part, se peaufine la création de l'Espace bois d'Aquitaine, une véritable " maison " des industriels du bois, qui jouxtera le CTBA. Un investissement de 9 millions de francs, financé par l'Europe (Feder), l'Etat, la Région et la Communauté urbaine de Bordeaux. " Nous souhaitons y rassembler toute la filière bois, lui donner une visibilité et une unicité ", explique Luc Rauscent, délégué général des industries de la deuxième transformation du bois. Centre de formation et de promotion, cet espace exposera les dernières innovations du secteur. Des designers viendront régulièrement sensibiliser les industriels à la création et au design. Et les étudiants, comme les entrepreneurs, pourront accéder à une salle d'autoformation multimédia, en libre-service. Une multitude d'initiatives qui devraient encourager les industriels à créer des produits en pin maritime à plus forte valeur ajoutée et à renforcer leur politique de marketing, encore trop souvent embryonnaire.



Premier massif forestier français

12 % des forêts de production, avec 1,7 % million d'hectares, un taux de boisement de 42 %. La filière bois, dont le chiffre d'affaires s'élève à plus de 16 milliards de francs, est le premier secteur industriel d'Aquitaine, avec 4700 entreprises. Le bois-ameublement emploie 18 120 salariés, le papier-carton en compte 5 920 , et l'exploitation forestière, 2 860.

USINE NOUVELLE N°2615

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS