Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

AQUITAINEBordeaux tisse sa toile dans le multimédiaFragile, mais prometteur, le secteur des technologies de la communication affiche des ambitions fortes en Gironde. Bordeaux misera sur la recherche et la formation.

Publié le

AQUITAINE

Bordeaux tisse sa toile dans le multimédia

Fragile, mais prometteur, le secteur des technologies de la communication affiche des ambitions fortes en Gironde. Bordeaux misera sur la recherche et la formation.



Mise en place d'une filière du journalisme numérique, expériences pilotes pour l'orientation des jeunes, plan d'actions pour les PME avec notamment la création d'un Fonds régional d'aide au conseil (Frac), Internet : le programme annoncé cet été à Hourtin (Gironde) par Alain Rousset, président de la région, lors de la XIXe Université d'été de la communication, vise à mettre l'Aquitaine à l'heure du multimédia. Un effort bienvenu. Car si la région connaît quelques succès dans ce secteur, tout reste à structurer. La dynamique existe. La Communauté urbaine de Bordeaux vient ainsi de confier au cabinet Coopers & Lybrand le soin de recenser les besoins des PME du multimédia et de valider la création d'un centre de visualisation interactive. Objectifs : faciliter l'accès à des moyens de calcul, développer la formation, favoriser les échanges entre les laboratoires et les entreprises. De son côté, la Fédération de la métallurgie de Bordeaux et du Sud-Ouest lance la mise en place dans les entreprises de " correspondants TIC " chargés d'analyser les besoins de l'entreprise. Une nécessité pour les PMI du secteur, marquées par trente ans de marchés d'Etat, qui doivent concilier des performances technologiques, une tradition du management de la qualité héritées des activités de défense nationale et un retard structurel en matière d'ouverture commerciale. Le correspondant, âgé de moins de 26 ans, sera embauché par le biais d'un contrat de qualification ou d'une convention Cortechs, après avoir effectué une formation de soixante jours validée par un certificat de qualification professionnelle de la métallurgie. Mais, pour les PME du multimédia elles-mêmes, la situation reste floue. Aquitaine Multimédia, l'association qui regroupe 120 industriels de l'information et de la communication, ne peut donner un chiffre d'affaires global, pas plus qu'un nombre de salariés. " Le secteur est fragile et immature. Les salaires pratiqués sont inférieurs à ceux de l'informatique. D'où des difficultés pour trouver des profils compétents ", note Hervé Lhoumeau, secrétaire général de l'association. Pour y remédier, Aquitaine Multimédia vient de créer un serveur Internet qui permet aux demandeurs d'emploi de saisir leur CV sur un site accessible aux entreprises.

Favoriser les alliances entreprises-université

Nicolas Gaume, le jeune patron de Kalisto, gardera quant à lui un souvenir cuisant de l'été 1998. Il lui a fallu déjouer la tentative d'un éditeur anglais, bien décidé à débaucher à prix forts les salariés de la PME qu'il a créée en 1990. Concepteur de jeux vidéo en 3D, Kalisto (65 millions de francs de chiffre d'affaires en 1998, 160 salariés) prépare son entrée en Bourse pour le printemps prochain. Le CD-Rom tiré du film de Luc Besson, " Le Cinquième Elément ", qu'elle a mis au point sera commercialisé prochainement. Le constructeur d'ordinateurs NEC distribuera au Japon " X-PO ", un jeu éducatif qui retrace l'histoire des sciences et technologies françaises aux XIXe et XXe siècles. Ce succès n'empêche pas le multimédia girondin de traverser une zone de turbulences. Com One, le fabricant de modems basé à Cestas, a pris une participation majoritaire dans le capital de Ludexpress, un spécialiste bordelais d'Internet. Jean-Luc Rumeau, le créateur d'Axyz, spécialisé dans les images de synthèse en 3D pour l'architecture, verrait, lui, d'un bon oeil une alliance avec un grand groupe. Créée en 1992, Axyz (8 millions de francs de chiffre d'affaires, 16 salariés) a conçu les simulations d'un nouveau principe de façades pour une tour de Chicago et pour la cabine virtuelle du futur Airbus, ainsi que des stades en 3D pour la prochaine Coupe du monde. Adepte des relations entreprises-université, Jean-Luc Rumeau a noué des alliances avec Pascal Guitton, chercheur responsable de l'informatique graphique au Labri, un laboratoire bordelais du CNRS spécialisé dans la recherche en informatique. Pour le groupe Partival, leader de la fabrication d'échantillons pour tapisseries et mobiliers, basé à Bourges (Cher), les deux équipes ont mis au point une borne de simulation qui permet la reproduction en trois dimensions sur écran des différentes pièces d'une maison, habillées des gammes de tissus et de revêtements souhaités. Pour le groupe aixois Waid, spécialisé dans les logiciels pour la radiologie, c'est une station de radiologie 3D qui a été conçue. Pascal Guitton prépare aussi un projet de DESS informatique multimédia. " Il faut que ce DESS soit créateur d'entreprises. Parmi les critères de recrutement, nous rechercherons des étudiants au profil d'entrepreneurs potentiels ", annonce-t-il. Le ministère de l'Education devrait donner son accord pour ce projet au printemps.



Le premier cybervillage

" Il s'agit d'une expérience ", prévient Pierre Bothorel. Ce professeur de chimie à l'Université de Bordeaux-I, conseiller municipal de Pessac, se veut prudent. Il est à l'origine du premier cybervillage de France. Soixante maisons et appartements situés au bord du campus universitaire, le long de l'avenue Schweitzer, toutes câblées avec accès à Internet, vont être construits. La cible ? Les professionnels qui utilisent Internet. " A Toronto, l'urbaniste canadien Marvin Green a conçu 700 habitations câblées pour une communauté qui partage la même préoccupation liée à l'informatique et à Internet ", explique- t-il. A Pessac, les futurs locataires du cybervillage pourront accéder aux laboratoires de recherche intégrés dans le campus et bénéficieront des services qu'offre l'incubateur d'entreprises du centre Condorcet, installé à deux pas. Pour l'heure, c'est sur le Web que les intéressés peuvent retrouver le cybervillage. En attendant la livraison des habitations au premier semestre 1999.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle