Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Aquitaine : La nouvelle formule de Lacq

Publié le

Enquête L'italien Beltrame, le japonais Toray et Total investissent dans le sud de l'Aquitaine. Dans le nord de la région, les entreprises du secteur aéronautique et de l'agroalimentaire ne sont pas en reste.

Aquitaine : La nouvelle formule de Lacq

Deux bonnes nouvelles, coup sur coup, pour le bassin de Lacq (Pyrénées-Atlantiques) : le 18 juin était signée la convention liant Total, Arkema et Sobegi autour du projet Lacq cluster chimie 2030 (LCC30). Les trois partenaires vont investir 153 millions d'euros dans une unité de transformation du gaz naturel en gaz industriel pour répondre aux besoins des entreprises implantées sur la plate-forme de Lacq. Fin 2013, Total aura fermé son site d'exploitation du gisement de gaz de Lacq. Pour autant, le groupe s'est engagé à approvisionner la quinzaine d'industriels. L'unité, opérationnelle à la mi-2013, va transformer 400 000 m3 de gaz par jour en gaz industriel, lequel servira à produire de l'électricité, de la vapeur et du soufre pour ces entreprises.

Le 29 juin, toujours à Lacq, le japonais Toray a posé la première pierre de sa future usine européenne de polyacrylonitrile (PAN), la matière première servant à fabriquer les fibres de carbone. Un investissement de 100 millions d'euros, qui sera opérationnel à la fin 2013 avec, à la clé, 50 emplois. Toujours à Lacq, la nouvelle unité de captage de CO2 de Messer (12 millions d'euros investis) sera prête en octobre. « Le bassin de Lacq a évolué. Nous ne sommes plus dans un contexte de reconversion, mais dans une vraie vitalisation économique », insiste Patrice Bernos, le DG de Chemparc, le GIE regroupant les industriels du bassin.

Faire face à la demande

Au pays basque, le sidérurgiste italien Beltrame met la dernière main à son laminoir dans la zone industrialo-portuaire du port de Bayonne. La production démarrera en mai 2013 avec une centaine d'emplois directs. 250 000 tonnes d'acier sortiront de l'usine, qui a nécessité 48 millions d'euros d'investissement. En Gironde, EADS Composites Aquitaine consacre 3 millions d'euros à de nouveaux équipements, pour faire face aux montées en cadence des marchés Airbus. Prodec Métal, spécialisé dans le traitement de surfaces, emploie 15 millions d'euros sur une unité implantée sur le site Aéroparc de Mérignac. Déménagement prévu cette année.

À Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques), Messier-Bugatti-Dowty investit, lui, 10 millions d'euros dans un bâtiment de 6 000 m2 pour répondre aux marchés des gros-porteurs. Dans l'agroalimentaire, Martine Spécialités, fabricant de pâtisseries surgelées à Condat-sur-Trincoux (Dordogne), injecte 6 millions d'euros dans l'extension de bâtiments de stockage, livrés cet automne. À Estillac (Lot-et-Garonne), les premiers coups de pioche de l'unité de canapés cocktail de Boncolac seront donnés en septembre, pour un investissement de 15 millions d'euros. À Lons (Pyrénées-Atlantiques), enfin, l'usine Candia se dote d'une ligne de briquettes de lait pour 2,5 millions d'euros.

Une usine européenne pour le japonais Toray

Le japonais Toray a choisi d'implanter à Lacq (Pyrénées-Atlantiques) son usine qui fabriquera le PAN, le polyacrylonitrile, la matière première de la fibre de carbone. Elle sera située à quelques kilomètres de sa filiale Toray Carbon Fibers Europe, spécialisée dans la production de fibres de carbone, à Abidos, pour un investissement de 100 millions d'euros. Cette unité, dotée de trois lignes de production, sera lancée à la fin 2013. Elle produira 12 000 tonnes de PAN : deux tiers seront dédiés au site d'Abidos, un tiers pour alimenter les usines du japonais. « Nous voulons créer une filière intégrée en France, en développant les pré-imprégnés », indique Bernard Martin, le PDG de Toray Carbon Fibers Europe.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle