Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Après Volkswagen, Fiat Chrysler pourrait se retrouver au cœur d'un nouveau Dieselgate

Pierre Monnier , ,

Publié le

L'Agence de protection de l'environnement américaine (EPA) accuse Fiat d'avoir truqué quelque 100 000 véhicules diesel entre 2014 et 2016. Le cours de bourse du constructeur italien a été suspendu à Wall Street après une chute de plus de 16%. L'EPA avait déjà épinglé Volkswagen en décembre 2015.

Après Volkswagen, Fiat Chrysler pourrait se retrouver au cœur d'un nouveau Dieselgate © Rebecca Cook / Reuters

Sommes-nous à l'aube d'un nouveau Dieselgate ? L'Agence de protection de l'environnement américaine (EPA) vient de publier des accusations contre Fiat Chrysler Automobiles (FCA). D'après le site CNBC, le constructeur italien n'aurait pas respecté le Clean Air Act, qui fixe les limites d'émissions des véhicules. Au total, 104 000 véhicules sont mis en cause, dont des Jeep Grand Cherokee de 2014, 2015 et 2016 et des pickups Dodge Ram 1500 à motorisation diesel, vendus aux Etats-Unis. FCA pourrait être passible de sanctions civiles et d'injonction pour ces violations présumées. L'EPA continue d'enquêter pour découvrir si les véhicules disposent d'un système dissimulant les émissions polluantes en phase de test.

Des accusations démenties par FCA

De son côté Fiat Chrysler Automobiles nie toute fraude. Dans un communiqué, la filiale américaine de FCA indique sa “déception” suite aux accusations de l’EPA. L’entreprise, indique que ses ”moteurs diesel sont conformes à toutes les exigences réglementaires applicables” et qu’elle entend travailler avec l’EPA pour “résoudre cette question de manière juste et équitable”. 

Toujours selon l’entreprise, ses moteurs diesel sont équipés de matériels de contrôle d’émission “à la pointe”, notamment des systèmes SCR (selective catalytic reduction). Dans son communiqué, FCA indique avoir “passé des mois à fournir de nombreuses informations en réponse à l’EPA” et “a cherché à expliquer sa technologie de contrôle des émissions aux représentants de l’EPA”, des technologies “justifiées” selon FCA qui ne sont pas “des logiciels de fraudes”.

En décembre 2015, l'EPA avait épinglé Volkswagen pour des faits similaires. Cela avait donné lieu au scandale du Dieselgate qui a coûté un total de 21,8 milliards de dollars au constructeur allemand.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle