Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Après Vinci, Qatari Diar entre dans le capital de Veolia Environnement

, , ,

Publié le

La filiale du fonds souverain du Qatar a signé un partenariat stratégique avec le leader mondial des services à l’environnement assorti d’une prise de participation de près de 6 %. Cela permettra à Veolia d’élargir l’éventail de ses contrats, dans le secteur de l’assainissement, au Moyen-Orient tout comme en Afrique.

Après Vinci, Qatari Diar entre dans le capital de Veolia Environnement
Antoine Frérot est le directeur général de Véolia: "Une position de leader dans le Moyen-Orient"
© DR

A un jour d’intervalle, des capitaux originaires du Qatar se sont immiscés dans le capital de deux fleurons de l’industrie française. Le jeudi 15 avril, le groupe Vinci annonçait que Qatari Diar, filiale du fonds souverain de l'émirat du Qatar, devenait son deuxième plus important actionnaire.
Les investisseurs quatariens ont pris 5,78 % du capital de Vinci, en échange de Cegelec qu’ils ont cédé au groupe de construction.
Nouveau coup de théâtre, le vendredi 16: Qatari Diar s’est octroyé 5 % du capital de Veolia environnement, groupe présent sur les cinq continents, fort de 310.000 salariés. Cette présence des Qatariens au sein de Veolia devrait s’étendre sur trois ans, avec la nomination d’un administrateur au conseil du groupe qui sera bientôt désigné. Au siège de Veolia, on explique que cette prise de participation scelle un partenariat stratégique entre le groupe et ce fonds d’investissement ancré dans une région où «nous avons de nombreux projets et de grandes ambitions.»

Les eaux usées, une priorité des autorités au Moyen-Orient

Il y a un an (fin mai), la division Eau de Veolia avait remporté un contrat de 44 millions d’euros pour l’exploitation de deux usines de traitement des eaux usées à Doha, la capitale du Qatar. Antoine Frérot, aujourd’hui directeur général de Véolia Environnement, s’était alors réjoui de «notre position de leader dans une région du monde où depuis quelques années les défis liés à l’assainissement et à la réutilisation des eaux usées sont au cœur des préoccupations locales des autorités». L’un de ses collaborateurs, contacté par usine.com, fait observer que Veolia a signé des contrats de cette veine à Riad, à Abu Dhabi. Cette alliance avec les Qatariens (on peut aussi dire «Qataris») devrait donc faciliter à Veolia l’ouverture de nouveaux marchés dans le secteur de la délégation de services publics au Moyen-Orient.
Mohammedbin Al Hedfa, directeur général de Qatari Diar, a abondé dans ce sens: «Nous comptons associer pleinement Veolia au développement de nos projets au Moyen-Orient tout comme en Afrique et en Europe.» Dans ces trois continents et régions, Qatari Diar a semé 45 milliards d’euros d’investissements
Le capital de Veola Environnement s’avère très diversifié et même pulvérisé : Qatari Diar n’en sera d’ailleurs pas le plus petit actionnaire. Les autres sociétés et investisseurs cohabitant au sein du leader mondial des services à l’environnement sont la Caisse des Dépôts et Consignations, Groupama, Natexis, Capital Research and Management, Amundi, ainsi que le holding Dassault.

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle