Après une dépressurisation, un vol AirAsia perd 22 000 pieds (et c’est normal)

Le vol QZ535 d’AirAsia, à destination de Denpasar (Bali) a fait demi-tour sur Perth (Australie) suite à une dépressurisation dimanche 15 octobre. L’équipage a décidé de dérouter l’avion après avoir réalisé une manœuvre de descente d’urgence. En moins de dix minutes, l’appareil a perdu plus de 22 000 pieds (6705 mètres). Si le chiffre paraît impressionnant, l’initiative est conforme aux protocoles de sécurité des compagnies aériennes.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Après une dépressurisation, un vol AirAsia perd 22 000 pieds (et c’est normal)
Le vol QZ535 d'AirAsia à destination de Denpasar (Bali) a fait demi-tour sur Perth (Australie) avec avoir été victime d'une dépressurisation dimanche 15 octobre

Un vol AirAsia à destination de l’aéroport de Denpasar (Bali) a été contraint à faire demi-tour sur l’aéroport de Perth (Australie) dimanche 15 octobre. La liaison QZ535 était assurée par un Airbus A320. L’avion a été victime d’une dépressurisation de la cabine. Pour y remédier, l’équipage a eu recours à une manœuvre de descente d’urgence.

L’appareil a décollé à 11h35 heure locale (5h35 heure de Paris). Selon le rapport d'enquête ouvert par l’agence australienne de sécurité des transports (ATSB, acronyme anglais), la dépressurisation a été enregistrée, au nord de Perth, 20 minutes après le décollage.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les deux pilotes ont pris la décision d’entamer une manœuvre de descente d’urgence. D'après les données recueillies par le service Flight Radar, l’Airbus A320 est passé de 32 200 pieds (10 119 mètres) à 10 125 pieds (3 086 mètres) en dix minutes.

Conforme au protocole de sécurité

La trajectoire peut sembler impressionnante. Elle relève pourtant des consignes de sécurité en cas de dépressurisation du cockpit. Le commandant de bord doit, dès lors, amener son appareil à 10 000 pieds (3048 mètres). Il est également responsable de l’ouverture des trappes des masques à oxygène des passagers. Une fois l’avion stabilisé, l’équipage procède à un bilan technique et sanitaire et décide de la suite à donner au vol.

Le protocole est dicté par le seuil au-dessus duquel l’être humain ressent le manque d’oxygène. En conditions de vol normal, la pressurisation de la cabine, permet d'atteindre des altitudes bien supérieures sans danger pour la santé.

AirAirsia justifie le recours à la manœuvre de descente d’urgence dans un communiqué. "La sécurité des passagers et de l’équipage est notre priorité" a déclaré la compagnie. Les causes de la dépressurisation restent vagues. L’avion a subit "un problème technique" après le décollage a expliqué la compagnie aérienne. L’ATSB fixe la fin l’enquête à mai 2018. Le vol QZ535 transportait 145 passagers. "AirAsia présente ses excuses aux passagers pour la gêne occasionnée" a commenté l’opérateur.

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS