Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Après une année dans un dôme, Cyprien Verseux a toujours envie d'aller sur Mars

Léna Corot ,

Publié le

Cyprien Verseux est resté enfermé un an dans un dôme de 11 mètres de diamètre avec cinq coéquipiers dans le cadre d'une mission de la NASA. L'astro-biologiste français a répondu aux questions de L'Usine Nouvelle peu après sa sortie.

Après une année dans un dôme, Cyprien Verseux a toujours envie d'aller sur Mars © c.c

Un an après, Cyprien Verseux, jeune français diplômé de Sup'Biotech, est ressorti d'un dôme de 11 mètres de diamètre. Il participait à la mission de la NASA HI-SEAS IV (Hawaii space exploration analog and simulation) : un équipage de six personnes isolé et confiné pendant un an.

L'objectif de la NASA est de reproduire des conditions de vie similaires à celles sur Mars, pour comprendre comment évoluent les relations au sein du groupe. Aucune communication directe avec l’extérieure n’était possible. Comme sur Mars, ils avaient une fenêtre de 20 minutes pour communiquer via des mails. Les six coéquipiers étaient filmés en permanence et équipés de capteurs.

L'Usine Nouvelle.- Pourquoi avoir participé à cette mission HI-SEAS IV ?

Cyprien Verseux.- Depuis quelques années déjà, je travaille sur des technologies pour explorer Mars. En 2013, j’avais déjà envie de participer à la mission Mars Arctic 365, mais elle a été annulée. Quand j’ai appris que la NASA préparait une mission similaire, je n’ai pas hésité une seule seconde. C’était une nouvelle chance pour moi de réaliser une telle mission. Je n’ai eu aucun doute.

Quel est le but de la mission ?

L’objectif est de voir et comprendre comment un équipage isolé et confiné évolue avec le temps. La NASA, qui souhaite envoyer une équipe sur Mars en 2030, a déjà effectué plusieurs missions similaires. Au cours de ces expériences, plusieurs technologies sont testées. Par exemple, j’ai pu approfondir les recherches sur mon projet CyBLiSS. Je cherche un moyen pour produire sur Mars tout ce dont on a besoin pour vivre, de l’oxygène à la nourriture, sans oublier le carburant. Les cyanobactéries sont des micro-organismes, qui a priori pourrait se développer sur Mars avec les seules ressources présentes sur place. A partir de ces micro-organismes on pourrait créer du carburant, nourrir des plantes et développer des micro-systèmes. Les résultats préliminaires semblent très encourageants. Mais, avant toute autre annonce, les résultats doivent être validés en laboratoire et revus par des pairs. Les recherches sur mon projet CyBLiSS m'ont facilité cet isolement.

Comment avez-vous vécu cette expérience ?

J’ai côtoyé des personnes passionnantes avec des projets très intéressants. La cohabitation s’est bien passée, malgré quelques tensions, inévitables car nous étions six dans un endroit clôt. J'ai déjà prévu de revoirs deux coéquipiers. Nous n’avions pas de journée type. La majeure partie du temps était consacrée à la recherche. Nous avions un questionnaire à remplir tous les jours, qui prenait au moins une heure. Quelques sorties extravéhiculaires étaient prévues. Il fallait alors enfiler un scaphandre, pour approcher le plus possible les conditions marsiennes. Souvent ces sorties étaient consacrées à des missions de biologie et d’extraction de l’eau du sol. Ce qui est très important pour rester sain d’esprit, c’est faire au moins une heure de sport tous les jours. Le reste de la journée était consacré à mon blog, la lecture et la musique. Maintenant, je sais que je peux supporter de telles conditions. Je pourrais recommencer une expérience similaire, mais avec de nouveaux objectifs car mon projet CyBLiSS était très stimulant. Et j’ai surtout toujours envie d’aller sur Mars.

Avez-vous « Seul sur Mars », le film de Ridley Scott ?

Une copie du film nous a été envoyé et nous l’avons regardé tous ensemble. C’était un moment très sympa. Le décor du film ressemble beaucoup à Mars. Ça été facile de s’identifier au héros car il est astro-biologiste comme moi.

Propos recueillis par Léna Corot

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle