L'Usine Aéro

Après un premier trimestre atone, Safran s’attend à une année 2010 stable

, ,

Publié le

Le chiffre d’affaires de cet équipementier aéronautique par ailleurs présent dans la défense et la sécurité a diminué de 2,5 % au premier trimestre par rapport à la même période en 2009. Les dirigeants du groupe expriment leur confiance dans l’avenir, tablant sur une augmentation du bénéfice d’exploitation cette année, sans toutefois verser dans l’euphorie.

Après un premier trimestre atone, Safran s’attend à une année 2010 stable
Président de Safran, Jean-Paul Herteman mise sur la reprise du trafic aérien et le surcroît de production des constructeurs aéronautiques.
© REUTERS

Ni turbulences en vue, ni envolées spectaculaires: l’année 2010 devrait s’avérer celle d’une douce convalescence pour le groupe Safran, qui se remet d’une conjoncture planétaire défavorable au secteur aérien. Au premier trimestre 2010, l’équipementier aéronautique et motoriste, par ailleurs très ancré dans la défense, a enregistré un chiffre d’affaires en légère baisse, soit moins 2,5 %, par rapport à la même période en 2009. En janvier, février, mars, Safran a généré 2,4 milliards d’euros.

Rien de dramatique et de bien surprenant, en définitive, puisque les dirigeants du groupe avaient déjà annoncé une prévision de stabilité des ventes pour l’ensemble de l’année en cours. Tout laisse à penser que les 10,45 milliards d’euros de chiffre d’affaires enregistrés l’an dernier se répéteront en 2010. Par contre, les dirigeants de Safran ont affirmé que le résultat opérationnel courant prendrait de l’altitude par rapport à l’exercice annuel antérieur. (Il avait été alors de  698 millions d’euros, soit 6,7 % du chiffre d’affaires.)

"Les avionNEURS prévoient d'augmenter leuR production"


Président du directoire de Safran, Jean-Paul Herteman a mentionné les signes avant-coureurs d’un frémissement dans le transport de passagers et le fret. «Les avionneurs prévoient d’augmenter les cadences de production des avions court et moyen courriers dans les trimestres à venir», a-t-il pronostiqué. C’est précisément le segment des moyens courriers qui assure à Safran une partie expressive de son chiffre d’affaires. «Nous sommes le motoriste leader sur le marché des avion ayant une capacité supérieure à cent places», rappelle-t-on au siège du groupe, à Paris. Le motoriste équipe tous les B737 ainsi que la moitié des A320. Le carnet de commandes, en la matière, correspondrait à cinq ans de production.

Cette activité dite Propulsion aéronautique et spatiale a connu un repli modéré de 1,7 %, quant au chiffre d’affaires, au premier trimestre 2010. (La branche en question garantit à Safran la moitié de ses ventes.)
Par contre, le recul a été important dans l’activité Equipements aéronautiques, avec moins 9,6 % . Trains d’atterrissage, nacelles (coques encourant les moteurs), câblage… L’une des raisons expliquant ce fort recul est le marasme qui s’est emparé des constructeurs spécialisés l’aviation d’affaires, lesquels devraient continuer à souffrir pendant plusieurs mois.

En hausse, au premier trimestre 2010, toujours par rapport au trimestre initial 2009 : les activités Défense (+ 3,7 %) et Sécurité (+ 9,3 %). La progression soutenue observée dans la défense s’explique par le déploiement du carnet de commandes de l’activité optronique, tant pour les systèmes Félin du fantassin que les jumelles infrarouge longue portée.
Safran emploie près de 55.000 personnes dans le monde entier, multipliant les implantations en Amérique du Nord, en Chine, en Inde et en Russie.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte