Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Après trois mois de paralysie, Stallergenes va reprendre la production en France

Astrid Gouzik ,

Publié le

Le laboratoire biopharmaceutique a annoncé, le jeudi 10 mars, avoir reçu le feu vert des autorités sanitaires françaises. L'usine d'Antony (Hauts-de-Seine) peut donc redémarrer.

"La reprise de la production et l’expédition de nos produits est imminente", indiquait le président de Stallergenes à L'Usine Nouvelle, en février. Un mois plus tard, le reprise semblerait enfin réellement effective. Le laboratoire français Stallergenes est autorisé à reprendre sa production d'allergènes préparés pour un seul individu (APSI) sur son site d'Antony. 

Les 17 et 18 novembre dernier, deux pharmaciens de l'agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) procèdent à une inspection sur le site de Stallergenes à Antony. "Nous faisons des contrôles réguliers mais nous avions également reçu des signaux nous indiquant qu'il fallait procéder à une inspection de ce qui se passait chez Stallergenes", nous expliquait Gaëtan Rudant, directeur de l'inspection à l'ANSM. Suite à ce contrôle, il apparaît que, après l'implémentation d'un nouveau système d'information, des erreurs ont été commises lors de l'envoi des traitements aux patients.

Le 3 décembre, l'ANSM envoie alors une notification au groupe pharmaceutique. Elle décide de suspendre les activités de production et de distribution de sa seule usine française. Stallergenes est contraint de procéder au rappel des produits distribués depuis le 13 août dernier.

Désarroi des patients, satisfaction du concurrent

Un rappel qui provoque l'affolement chez ses patients. Une inquiétude telle que l'ANSM est contrainte de mettre en place un numéro vert peu de temps avant Noël pour répondre à leurs questions. Dans le même temps, le seul concurrent de Stallergenes se frottait les mains. ALK aurait, selon ses dires, vu ses commandes doubler après l'arrêt de la production à Antony. 

Aujourd'hui tout semble rentrer dans l'ordre à l'usine d'Antony. Les perturbations opérationnelles, engendrées par la mise en œuvre d'un nouveau système informatique, sont désormais résolues en totalité, affirme le laboratoire dans un communiqué.

Mais Stallergenes retrouvera-t-il pour autant la confiance de ses patients après un rappel d'une telle ampleur ? D'autre part, un traitement contre l'allergie dure entre 3 et 5 ans. Et lorsqu'une personne commence le traitement de désensibilisation avec un produit, elle ne peut pas en changer en cours de route. Si elle veut changer de produit (et donc de laboratoire), elle doit reprendre le processus depuis le début. Stallergenes réussira-t-il à ramener dans son giron  les personnes qui - impatientes de voir la production reprendre - ont finalement opté pour le produit du concurrent ? 

Astrid Gouzik

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle