Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Après SpaceX, le CNES aussi planche sur un lanceur réutilisable

Hassan Meddah , , , ,

Publié le

En plus du petit démonstrateur de lanceur réutilisable Callisto qui doit voler en 2020, le CNES associé au DLR allemand envisage d'en développer un second, Themis, 10 fois plus lourd à l'horizon 2025 équipé du futur moteur européen à bas coût Prometheus.

Après SpaceX, le CNES aussi planche sur un lanceur réutilisable
Le démonstrateur Callisto doit permettre de tester les technologies de lanceur réutilisable en 2020
© © CNES/Blackbear, 2017 / mira productions

"L'Europe doit faire face à la demande des lanceurs réutilisables si elle existe". Le constat a été formulé par Jean-Yves Legall, président du CNES (centre national d'études spatiales) à l'occasion de sa conférence de vœux à la presse le 16 janvier dernier. Pour rattraper SpaceX qui multiplie les succès dans ce domaine, les Français misent sur leur collaboration avec les Allemands et les Japonais autour d'un démonstrateur de lanceur réutilisable baptisé Callisto. Leurs agences spatiales, le CNES, le DLR et la JAXA ont débloqué une enveloppe de près de 100 millions d'euros pour ce développement et mobilisé une trentaine d'experts à Paris, Brême et Tsukuba au Japon.

Un moteur japonais

D'ici 2020, il s'agit de tester en grandeur nature à partir du centre spatial guyanais, les technologies de la réutilisation grâce à une fusée d'environ 13 mètres de hauteur et de 3,6 tonnes au décollage. "L'objectif est de monter à 35 Km d'altitude, de faire toutes les manœuvres pour revenir se poser à proximité du pas de tir avec une précision de quelques mètres. Et de réutiliser le même véhicule 5 fois", précise Jean-Marc Astorg, directeur des lanceurs au CNES. Les équipes vont se retrouver en février prochain au Japon pour une grande revue qui validera les spécifications du démonstrateur. La construction du véhicule démarrera au second semestre. 

Chaque partenaire apportera sa contribution. La Jaxa fournira le moteur oxygène/hydrogène. Il a l'avantage d'exister, d'être réutilisable et doit encore être adapté au futur démonstrateur. Elle va également concevoir le réservoir d'oxygène. Le DLR apportera le système d'atterrissage de Callisto constitué de trois pieds, les gouvernes aérodynamiques pour le pilotage durant la phase de rentrée, et une partie du réservoir à hydrogène. La France va concevoir le calculateur assurant le programme de vol, une pièce critique qui pilotera le moteur et les gouvernes aérodynamiques. Elle fournira également la partie complémentaire du moteur à hydrogène. Le CNES travaille avec ArianeGroup, le maître d'oeuvre industriel d'Ariane5 et d'autres industriels de la filière spatiale comme Air Liquide.

Diviser les coûts par deux

Français et Allemands planchent déjà sur l'étape suivante: le démonstrateur Themis, annonciateur de ce que pourrait être le successeur d'Ariane6. Ce serait un véhicule environ 10 fois plus lourd que Callisto, équipé du futur moteur réutilisable Prometheus financé par l'agence spatiale européenne. Les premiers travaux pourraient démarrer dès 2019 et le démonstrateur voler en 2025. Prometheus est un moteur de 100 tonnes de poussée, très bas coût fonctionnant à l'oxygène liquide (Lox) et au méthane, et donc très favorable à la réutilisation.

S'inspirant de SpaceX, les européens adaptent la réutilisation à leurs besoins. Il s'agira d'une réutilisation partielle qui ne concerne que le premier étage du lanceur et adaptée aux missions en orbite basse. "La réutilisation n'est pas une fin en soi. L'objectif c'est de baisser les coûts. Avec la réutilisation et le futur moteur Prometheus, on peut espérer diviser les coûts des lanceurs d'un facteur 2 d'ici 2030 par rapport à Ariane6", explique Jean-Marc Astorg.

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus