Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Après quatre mois de déboires, Smovengo revoit sa copie sur le Vélib’

Gaëlle Fleitour ,

Publié le

Alors que les retards et dysfonctionnements se multiplient depuis qu’il a repris la mise en service du Vélib' en janvier dernier, l’opérateur Smovengo promet un plan d’actions en trois étapes pour les vélos parisiens en libre-service. En renonçant (temporairement) à ses innovations.

Après quatre mois de déboires, Smovengo revoit sa copie sur le Vélib’
Sous le feu des critiques depuis qu’il a repris la mise en service du Vélib' en janvier dernier, l’opérateur Smovengo a publié jeudi 3 mai son plan d’actions
© Cédric Soares

Après les déconvenues, place à la contre-attaque. Sous le feu des critiques depuis qu’il a repris la mise en service du Vélib' en janvier dernier, l’opérateur Smovengo a publié jeudi 3 mai son plan d’actions pour tenter de résoudre les dysfonctionnements qui plombent l’utilisation des vélos parisiens en libre-service.

Alors que les retards s'accumulent et qu'il s'est déjà vu infligé 3 millions d'euros de pénalités au premier trimestre, le consortium - créé par quatre spécialistes des mobilités urbaines : Smoove, Indigo, Moventia et Mobivia - reconnaît pour sa part, dans un communiqué, "une forte dégradation depuis la mi-avril, due à une généralisation d'un fonctionnement des stations sur batterie et à d'autres problèmes techniques".

Un retour à la normale plombé par la grève des salariés?

En cause, à ses yeux, le "système sur batteries, choisi pour palier temporairement aux difficultés d'électrification et permettre l'ouverture plus rapide des stations (…) qui provoque une embolie du système technique et d'exploitation". Ce problème était en cours de résolution, assure Smovengo, mais cette dernière se trouve désormais "sérieusement compromise" par la grève de ses salariés, qui réclament notamment des revalorisations de leurs primes de nuit...

Smovengo promet donc "un plan de sortie de crise" en trois étapes. L’urgence, tout d’abord, du 25 avril au 8 mai : rétablir au plus vite un service minimum, en remplaçant 3 000 vélos non fonctionnels (et jusqu'à 400 vélos par jour si besoin jusqu'à fin mai) et 400 stations sous batterie. Par ailleurs, toutes les nouvelles stations mises en service seront des stations électrifiées, tandis que l'accélération de l'électrification des 670 stations déjà ouvertes sur batterie se poursuit avec l’aide d’Enedis (42% le sont déjà). Au total, 805 stations étaient installées au 2 mai. Smovengo promet aussi de renforcer ses dispositifs d’information auprès des usagers.

Finis les vélos électriques et le système Park+

Deuxième étape, "un plan de redémarrage pour un service simplifié dans un périmètre maîtrisé", mis en œuvre "immédiatement et d'ici à fin juin au plus tard". Au programme: retirer temporairement les vélos à assistance électrique, en attendant l’électrification de l'ensemble des stations, mais aussi suspendre le système Park+, qui était destiné à limiter l'engorgement des stations lorsque les vélos sont mal raccrochés. Une innovation dont le "fonctionnement n'est pas bien compris" des usagers, selon Smovengo, qui entend "développer des outils pédagogiques" avant de la relancer, et installer des tutoriels dans les paniers des vélos et sur les stations. L'opérateur doit aussi améliorer son système informatique pour stabiliser le fonctionnement du service.

Enfin, une fois tous ces enjeux réglés, Smovengo promet un plan de redéploiement défini avec le Syndicat Autolib' Vélib' Métropole, la Mairie de Paris, et la Métropole pour finaliser le projet et atteindre, enfin, les 1 400 stations et toutes les fonctionnalités prévues. Reste à savoir combien de temps cela lui prendra.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

30/07/2018 - 15h40 -

Smovengo continue de promettre améliorations. Mais ce ne sont que des mensonges .Depuis le début j'ai signalé les erreurs de ce nouveau Velib et le temps l'a démontré.Les utilisateurs Velib ont payé le duel Hidalgo Bolloré.Une honte pour Hidalgo
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle