Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Après Metaleurop, les "patrons-voyous" montrés du doigtVERS UNE AGGRAVATION DE LA CRISE DE CONFIANCE A L'EGARD DES ENTREPRISES ?

Publié le

Les entreprises citées

Après Metaleurop, les "patrons-voyous" montrés du doigt

VERS UNE AGGRAVATION DE LA CRISE DE CONFIANCE A L'EGARD DES ENTREPRISES ?





OUI

HENRI VACQUIN

Consultant et sociologue

"Un risque réel de durcissement des relations sociales"

Pour le citoyen lambda, il y a une criante injustice dans un cas comme celui de Metaleurop : tout ce qui se passe serait légal. Cela remet en cause le droit et la justice. Si les dirigeants du groupe n'avaient pas décidé la fermeture de l'usine qui rejette des tonnes de plomb, il n'y aurait pas eu un tel scandale. Et ce dernier soulève des interrogations de fond. Il pointe les limites d'un certain libéralisme débridé, dont la toute puissance aurait annihilé les contre-pouvoirs.

Cette affaire coïncide avec le Forum économique mondial de Davos, qui a pour thème la confiance. Sans faire d'amalgame, la question qui se pose aujourd'hui est bien celle de la restauration de la confiance et des règles de régulation. Je pense que Metaleurop et d'autres affaires ne révèlent pas seulement l'existence d'une " voyoucratie ", mais s'inscrivent dans une perspective plus large. Il y a un risque réel de durcissement des relations sociales.

Aujourd'hui, on parle beaucoup de la nécessité de réformes sociales et économiques. Mais l'opinion a surtout le sentiment d'une fuite en avant sans perspectives vers le pire. Il y a eu le sang contaminé, la vache folle, les OGM, AZF, Enron... La sensibilité du public a changé. On assiste à un réveil des grandes peurs. Hier, on attribuait les catastrophes à des punitions divines. Aujourd'hui, c'est aux décideurs. Il y a un discrédit par rapport à la toute puissance qu'on leur prête. Tous ces événements peuvent provoquer des phénomènes radicaux, pousser des gens à la désespérance.



NON

YVON JACOB

Président de la FIM, président du conseil de surveillance du groupe Legris Industries

"Le vrai défi est d'expliquer les mutations à l'opinion publique"

Il ne faut pas donner à une affaire comme Metaleurop plus d'importance qu'elle n'en a réellement. Il y a toujours eu des individus indélicats. Je crois que le fait qu'il y ait quelques sociétés dont les agissements sont condamnables ne saurait en aucune façon justifier des attaques ou une perte de confiance à l'égard des 170 000 autres entreprises industrielles françaises.

Il existe des réglementations dont certaines sont excessives. Peut-être ont-elles pesé dans le comportement des actionnaires de Metaleurop. On ne connaît pas encore tous les éléments du dossier. En tout état de cause, le problème social, douloureux, doit être traité dans le respect des procédures. Il y a aussi le problème d'environnement. Au regard de la loi, on ne pouvait pas forcer le propriétaire à remettre le site en état. Il y a une réflexion à mener à ce propos. Quand une entreprise est à l'origine d'une pollution, il faudrait qu'elle crée une provision pour remettre le site en état. L'Etat, de son côté, devrait consentir un effort en rendant cette provision déductible de la base de l'impôt sur les sociétés.

Cela dit, il faut tenir compte de l'état de l'opinion. Le vrai défi est d'expliquer les mutations à une opinion publique qui n'y est pas préparée - et qui pense que l'Etat a encore des pouvoirs qu'en réalité il n'a plus. Aujourd'hui, le rôle de l'Etat doit être de définir les règles du jeu. Plus la liberté est grande, plus nous avons besoin qu'elles soient précises. Il est indispensable que chacun assume clairement ses responsabilités. Nous l'avons vu l'an dernier avec l'affaire Enron. Propos recueillis par

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle