International

Après les vols de certification du 737 MAX, la FAA doit "examiner le travail de Boeing"

, , , ,

Publié le , mis à jour le 02/07/2020 À 07H31

Le gendarme aérien américain (la FAA) a terminé le 1er juillet avec Boeing les vols de certification du 737 MAX. Prochaine étape pour le régulateur : analyser les données des vols.

Après les vols de certification du 737 MAX, la FAA doit examiner le travail de Boeing
Le Boeing 737 MAX est cloué au sol depuis mars 2019 à la suite de deux accidents ayant fait 346 morts en l'espace de cinq mois. /Photo prise le 29 juin 2020/REUTERS/Karen Ducey
© Karen Ducey

L'administration de l'aviation civile américaine (FAA) a annoncé mercredi 1er juillet avoir achevé avec Boeing les vols de certification du 737 MAX. Ces tests représentent une étape majeure en vue de la remise en service de l'appareil, cloué au sol depuis mars 2019 à la suite de deux accidents ayant fait 346 morts en l'espace de cinq mois. La FAA a précisé qu'il lui fallait encore analyser les données des vols réalisés au cours des trois jours de tests et effectuer d'autres tâches.

La FAA prendra "le temps nécessaire"

Dans un communiqué, elle a déclaré suivre un processus particulier et qu'elle prendra "le temps nécessaire pour examiner minutieusement le travail de Boeing". "Nous lèverons l'interdiction de vol seulement quand les experts en sécurité de la FAA seront certains que l'appareil répond aux normes de certification", a-t-elle ajouté.

Boeing s'est refusé à tout commentaire, renvoyant au communiqué de la FAA. Les vols effectués pour tester les modifications apportées au système de contrôle de vol automatique constituent une étape charnière pour Boeing, qui traverse la plus grande crise de son histoire.

Une reprise des vols commerciaux avant mi-septembre ?

Un rapport de l'inspecteur général du département américain des Transports souligne les manquements de Boeing dans la présentation à la FAA des changements apportés au 737 MAX, notamment en rapport au système anti-décrochage de l'appareil. Nommé MCAS, ce logiciel est mis en cause dans les accidents meurtriers en Ethiopie et en Indonésie. Après les deux crashes ayant impliqué le 737 MAX, Boeing a entamé le développement de plusieurs mises à jour du logiciel de l'appareil.

En plus de l'analyse des données des essais en vol, la FAA doit valider les nouvelles procédures de formation des pilotes, entre autres, et ne devrait pas autoriser la reprise des vols commerciaux du 737 MAX avant mi-septembre, a appris Reuters auprès de sources. Si cela venait à être le cas, l'appareil pourrait reprendre du service aux États-Unis avant la fin de l'année 2020 et mettre fin à un feuilleton qui s'est étiré dans la durée, du fait de multiples retards.

La crise du 737 MAX a coûté plus de 18 milliards de dollars à Boeing, provoqué l'interruption de la production et perturbé les chaînes d'approvisionnement. L'avionneur américain a limogé en décembre 2019 son directeur général Dennis Muilenburg. Une série d'enquêtes criminelles et parlementaires sont toujours en cours.

Avec Reuters (David Shepardson ; version française Jean Terzian)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte