Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Après le suicide d’un salarié à Chalon-sur-Saône, l’activité reprend doucement chez Verallia

, , , ,

Publié le

L’usine Verallia de Chalon-sur-Saône avait cessé son activité suite au suicide d’un salarié, lundi 22 octobre. L’activité sur le site de ce spécialiste de l’emballage en verre reprend doucement ce mardi 30 octobre.

Après le suicide d’un salarié à Chalon-sur-Saône, l’activité reprend doucement chez Verallia
Suite au suicide d'un salarié, l’activité sur le site de ce spécialiste de l’emballage en verre reprend doucement ce mardi 30 octobre.
© Verallia

Lundi 22 octobre, un salarié de l’usine Verallia de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) s’est donné la mort chez lui alors qu’il était en arrêt de travail. Conducteur de machines depuis 23 ans dans cette usine, l’homme âgé de 53 ans venait d’être détaché à l’atelier mécanique, en attente d’un reclassement définitif après avoir été déclaré inapte à son poste par la médecine du travail.

"Dès le lendemain du drame, nous avons décidé de mettre en place une enquête diligentée par une délégation paritaire pour analyser les circonstances du décès et comprendre si d’éventuels facteurs professionnels ont pu conduire à cet acte, confie la direction de Verallia. Si l’enquête le confirme, des mesures de prévention seront prises avec le CHSCT, mais à ce stade aucun lien n’a été établi entre cet acte et la vie professionnelle du salarié."

200 employés avaient fait valoir le droit de retrait

Alors qu’une cellule de soutien psychologique a été mise en place pour accompagner les salariés dès le 24 octobre, la CGT avait fait valoir un droit de retrait pour “danger grave et imminent pour la vie et la santé des salariés”, suivi par près de 200 employés sur 350 et plaçant de fait l’usine à l’arrêt.

Toutefois, lors du CHSCT extraordinaire qui s’est tenu ce lundi 29 octobre, la direction de Verallia a rappelé la définition d’un danger grave et imminent en citant une circulaire du 25 mars 1993 de la Direction générale du travail. Elle a confirmé qu’il n’y avait pas, à son sens, de danger grave et imminent justifiant l’exercice de leur droit de retrait par les salariés. De son côté, la CGT a appelé ce mardi 30 octobre à la reprise du travail.

Groupe indépendant, Verallia est spécialisé dans l’emballage en verre pour les boissons et produits alimentaires. Avec une production de 16 milliards de bouteilles et pots en verre, le groupe qui emploie près de 10 000 collaborateurs a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 2,5 milliards d’euros. À Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), le site en service depuis 1969 emploie 500 personnes et regroupe l’usine de fabrication de bouteilles et ses 350 salariés, mais aussi un centre technique, un centre de développement produit, un centre de formation de Verallia France et la direction de marché “Vins Nord”.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle